A
A

Liban : Sali Hafez braque une banque pour récupérer son propre argent

dim 18 Sep 2022 ▪ 21h00 ▪ 5 min de lecture - par Mary Batshwok

Quand on écrivait que votre argent n’est plus en sécurité à la banque, ce n’était pas une boutade. Les Libanais en savent quelque chose. Sali Hafez (écrit aussi Hafiz), nouvelle héroïne du Liban, a braqué la Blom Bank pour récupérer son propre argent. Le Liban, en pleine tourmente économico-financière, a enjoint les banques a geler les comptes de ses clients en 2019. Sali Hafez a donc décidé, pour payer les soins médicaux de sa sœur, d’aller récupérer ses fonds avec un pistolet en plastique.

Sali Hafiz Liban

Au Liban les comptes bancaires sont bloqués, l’inflation est à son paroxysme, la livre libanaise ne vaut plus rien. Une citoyenne tout-à-fait « normale » a fini par craquer : elle a utilisé un pistolet factice pour récupérer son propre argent. Et sauver sa sœur.

Sali Hafiz Liban
Vu sur Twitter. Sali Hafiz, nouvelle héroïne du Liban.

Sali Hafez héroïne malgré elle

Pendant des mois elle a supplié la banque, celle-ci ne lui accordant que 200 dollars par mois (12 000 livres libanaises). Pourtant la jeune femme a toutes ses économies à la Blom Bank. Comme en Chine, les épargnants ne disposent plus librement de leur argent. Comme au Canada où les comptes bancaires des personnes jugées rebelles sont bloqués.

C’est ainsi que de simples citoyens finissent par devenir hors-la-loi, quand la loi ne les protège plus. Accompagnée d’autres épargnants lésés, la jeune femme aurait pu récupérer environ 30 millions de livres libanaises (à peine 20 000 dollars).

Riad Salamé a plongé le pays dans un gouffre

Riad Salamé, le gouverneur de la banque du Liban, aurait organisé la plus grande pyramide de Ponzi au monde et les banques libanaises sont désormais insolvables. La dette du pays est tout simplement abyssale. Après avoir tenté des actions en justice pour récupérer leurs fonds, certains Libanais finissent par attaquer les banques. Tout le système pyramidal de dettes aura fini par s’effondrer et les citoyens essaient de survivre dans un pays post-apocalyptique.

Les Libanais excédés font de Sali Hafez une icône

Il s’agit du troisième braquage de banque par des déposants depuis le début de l’année. Le 11 août, Bassam Cheikh Hussein voulait récupérer ses fonds déposés au sein de la Federal Bank. Il avait pu retirer environ 35 000 dollars sur les 200 000 qu’il possède. En janvier, Abdallah Assaii avait pris en otage des employés de sa banque qui refusait de lui verser ses économies en dollars.

Environ une heure après la fin du braquage de la Blom Bank, on a appris qu’un autre était en cours dans une filiale de la BankMed à Aley. Rami Charafeddine a pu repartir avec la somme de 30 000 dollars. D’autres braquages sont prévisibles et les employés des banques sont inquiets. D’après l’agence Reuters, cinq autres braquages ont eu lieu le 16 septembre. L’association des banques libanaises a annoncé une fermeture de trois jours la semaine prochaine pour des raisons de sécurité et a exhorté le gouvernement à adopter des lois pour faire face à la crise.

Bitcoin (BTC) : monnaie internationale et déflationniste

Les autorités libanaises ont présenté un nouveau plan de sauvetage des dépôts bancaires. Des décennies de corruption et une dette massive sont désormais irréparables. Relisez cet article pour bien comprendre la situation et pourquoi les Libanais, hors élite, ne pourront pas se remettre de ce désastre. Lisez en quoi cette crise nous concerne aussi. Essayez de comprendre que, finalement, les monnaies fiat nous entraînent dans une spirale inflationniste sans retour possible. Dans les circonstances actuelles, il semble de plus en plus évident que les citoyens ne peuvent plus faire confiance ni à leurs banques, ni à leurs dirigeants. Il apparaît de plus en plus clairement que seule une monnaie décentralisée comme le bitcoin amènera de l’oxygène à un système en fin de vie.

Sali Hafez a pu récupérer une partie de ses économies. La somme ne sera pourtant pas suffisante pour les soins de santé de sa sœur. Désormais hors-la-loi, elle se serait enfuie en Turquie. Poursuivie pour avoir voulu retirer son propre argent, elle est encensée sur les réseaux sociaux. D’autres citoyens désespérés prennent d’assaut les banques puisque les responsables ne sont même pas inquiétés. Il ne faut pas se voiler la face : pour que certains dirigeants préconisent d’éteindre le WIFI la nuit, c’est que le peuple ne connaît encore que la face émergée de l’iceberg de dettes. Il n’y a pas d’autres solutions que de repenser le système actuel. Il n’y a pas d’autre issue que le bitcoin (BTC).

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mary Batshwok avatar
Mary Batshwok

Subprimes, crises financières, inflation galopante, paradis fiscaux... Le bitcoin a été conçu pour plus de transparence et peut-être enfin changer la donne. J'essaie de comprendre ce nouvel environnement et tente de l'expliquer à mon tour. La route est sans doute longue, mais elle en vaut la peine.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !