la crypto pour tous
A
A

Quels changements révolutionnaires la décentralisation du Bitcoin apportera-t-elle dans un siècle ?

sam 15 Juin 2024 ▪ 24 min de lecture ▪ par Ralph R.
S'informer

« Avant qu’une révolution arrive, elle est perçue comme impossible. Après cela, elle est considérée comme inévitable ». L’analyse de Rosa Luxembourg reste pertinente en 2024 et le sera encore dans un siècle. Les révolutions technologiques comme l’électricité, l’aviation ou internet ont toujours été accueillies avec méfiance et dérision. Bitcoin n’échappe pas à cette règle. Les générations du siècle prochain regarderont les années 2000 avec arrogance, surprises par la transition du Bitcoin de la diabolisation à l’évidence. Bien plus qu’une simple innovation technologique, Bitcoin représente une révolution monétaire, financière, sociale et énergétique. Il dérange et inquiète, comme toutes les grandes inventions avant lui. Nous ne verrons probablement pas la véritable révolution du Bitcoin de notre vivant. Osons toutefois nous projeter au cœur de l’épopée Bitcoin vers 2124. Des prédictions audacieuses, déstabilisantes, cruciales pour comprendre la portée et l’avenir de cette technologie. Un article à lire et relire dans 100 ans.

Bitcoin en 2124

Le point de bascule pour l’adoption du Bitcoin se produira vers 2050

Plusieurs éléments indiquent un point de bascule pour l’adoption du Bitcoin en 2050. D’une part, le nombre de bitcoins minés deviendra négligeable à partir de cette année-là (graphe 1). Les frais de transaction représenteront l’essentiel des récompenses des mineurs.

Graphe 1

D’autre part, la véritable phase exponentielle de chaque courbe d’adoption se produit lorsqu’elle dépasse le seuil de 10 %. Le graphe 2 suggère que ce seuil sera atteint en 2030, entraînant une explosion de l’adoption jusqu’en 2050.

Graphe 2

Le graphe 3 montre que les technologies modernes, adoptées au cours de ce siècle, connaissent une croissance beaucoup plus rapide au cours de leurs 10 premières années que celles du XXème siècle, confirmant cette même analyse et la phase exponentielle du seuil de 10 %.

Graphe 3

Enfin, les générations nées avant les années 90 ne sont pas numériques, contrairement aux suivantes. Les milléniaux, nés à la fin du XXème siècle, comprennent la technologie et disposent déjà des revenus pour pouvoir l’utiliser. Les générations Z et Alpha, nées dans les premières décennies de ce siècle, sont les plus adaptées à la technologie. Elles n’ont toutefois pas encore les fonds nécessaires, retardant ainsi l’adoption du Bitcoin en 2050.

Ideogram

La puissance informatique définira la véritable richesse

Traditionnellement, la richesse se mesure par la détention d’actifs physiques, comme l’immobilier, les terres ou les ressources naturelles. Ou par la possession d’actifs financiers, à l’image des actions, des obligations ou des liquidités. À l’ère numérique, la richesse prendra davantage une forme immatérielle, sous forme de capacités de traitements informatiques.

Ideogram

La puissance de calcul deviendra un indicateur crucial de richesse, particulièrement dans le contexte de la preuve de travail. La capacité de stockage sera également essentielle pour sécuriser les infrastructures décentralisées. Les systèmes de stockage décentralisés reposeront sur la contribution des utilisateurs en termes d’espace de stockage. Enfin, la puissance de connexion sera déterminante pour des projets reposant sur des réseaux décentralisés. À l’image de l’Internet des objets, de l’Intelligence Artificielle et des nouvelles technologies de communication. Elle constituera un facteur décisif dans l’efficacité et la réussite des réseaux et des services décentralisés.

Ideogram

À l’ère digitale, la richesse se réinventera, s’alignant avec les capacités technologiques plutôt qu’avec les seules possessions matérielles ou financières. La puissance informatique, sous ses diverses formes, sera au cœur de cette nouvelle définition de la richesse du siècle prochain.

Bitcoin deviendra le protocole universel de valeur dans un siècle

Bitcoin, grâce à une inflation inférieure à la croissance de la productivité économique, voit son pouvoir d’achat croître constamment. Cela entrainera une baisse des prix des biens et services en bitcoins, conduisant à une économie déflationniste au siècle prochain. Ce contexte incitera à l’épargne et une vision long terme, contrairement à l’inflation qui encourage la dépense et la surconsommation.

Ideogram

Historiquement utilisés comme réserves de valeur, l’immobilier et l’or seront progressivement démonétisés. Seules les valeurs intrinsèques de ces deux actifs perdureront, tandis que leurs valeurs spéculatives, mesurées en bitcoins, deviendront insignifiantes. La corrélation entre Bitcoin et l’or deviendra quasi parfaite, rendant Bitcoin plus attrayant comme alternative d’épargne en période d’incertitude économique. Cependant, l’or, trop centralisé et corruptible, ne sera plus adapté au monde numérique. Bitcoin, flexible, transportable, divisible et liquide, deviendra l’alternative principale pour l’épargne, supplantant les investissements traditionnels difficiles à gérer. Toutes les bulles spéculatives diminueront naturellement dans le contexte d’une économie déflationniste mondiale orchestrée par Bitcoin.

Ideogram

Les États, ainsi que les banques centrales et commerciales, perdront leur capacité à créer de la monnaie dette à partir de rien. Ce privilège exorbitant permet actuellement à ces entités centralisées de financer essentiellement des déficits budgétaires par de nouvelles dettes. Bitcoin, non basé sur la dette, sera la référence globale du prochain siècle pour une économie déflationniste moderne. En tant que réserve de valeur confirmée, Bitcoin consolidera sa position au détriment du système monétaire actuel, et réduira drastiquement la surconsommation. Le point de bascule en 2050 marquera la transition vers l’affermissement de Bitcoin et l’affaiblissement du système économique inflationniste. Bitcoin constituera ainsi un pilier essentiel de l’économie mondiale future, favorisant une gestion plus responsable des ressources financières. D’ici un siècle, Bitcoin imposera une sobriété monétaire et contribuera à atteindre les objectifs climatiques.

Bitcoin réinventera notre rapport au travail dans un siècle

Par conséquent, les monnaies dette disparaitront, victimes de leurs hyperinflations et de leurs dévaluations inéluctables. Elles seront remplacées par une politique monétaire sans dette adossée au Bitcoin, et des monnaies numériques créées à taux zéro. Une assemblée monétaire, utilisant référendums, consensus populaires, votes ou décisions collégiales, allouera les fonds. Les projets (transition énergétique, initiatives locales, construction d’un hôpital), seront ciblés selon le principe de subsidiarité à l’échelle locale. L’absence d’obligation de croissance pour rembourser les intérêts de la dette, modifiera profondément notre rapport au travail. Le travail, souvent alimentaire et aliénant, ne sera plus nécessaire pour nourrir une croissance incompatible avec les enjeux écologiques.

Ideogram

Le revenu universel deviendra ainsi la solution répandue partout. Les individus n’auront plus à se soumettre au marché du travail pour obtenir des ressources et des droits sociaux. Ce revenu équitable s’accompagnera d’une réduction du temps de travail et de l’expansion des activités autonomes indépendantes du marché économique. Dans le contexte de la transition écologique assumée, il ne sera plus nécessaire de surproduire pour créer des emplois. La production répondra à de réels besoins sociaux, pas à une course aux profits.

Bitcoin redéfinira le projet de société du siècle prochain

La société favorisera en conséquence l’autonomie, l’autoproduction et l’émancipation des individus. Elle sortira de l’injonction au travail, à la productivité et à la consommation, privilégiant le lien social et la solidarité. Les populations financeront leurs dépenses publiques par la planche à billets numérique, sans impôts et sans exigence de contrepartie. Dans un siècle, une inflation monétaire fixe, adossée à la valeur du Bitcoin pour éviter l’hyperinflation, remplacera les impôts avec des instruments sophistiqués de contrôle démocratique. Cela entraînera un nouveau partage des richesses, redonnant du pouvoir aux salariés. La valeur d’activités utiles au bien commun sera reconnue au-delà du simple travail rémunéré.

@ImaArtist via Pixabay

Les banques disparaitront du paysage financier …

Les individus pourront dépenser leur revenu universel ou l’utiliser pour rembourser leurs dettes. Ils pourront surtout choisir l’épargne, qui sera redevenue une véritable alternative en profitant du Bitcoin comme véritable réserve de valeur. Les protocoles de finance décentralisée s’empareront du rôle des banques traditionnelles, utilisant les dépôts des épargnants pour accorder des prêts. Ainsi, les individus emprunteront à ceux qui souhaitent prêter, éliminant tout problème éthique puisque l’argent proviendra d’une preuve de travail. Il n’y aura plus de création monétaire ex nihilo avec une dette associée. Les individus auront le contrôle de leurs finances dans un siècle, réduisant la dépendance aux institutions centralisées.

Ideogram

… ou ne ressembleront plus à des banques!

La transformation du paysage financier ne se fera pas du jour au lendemain. Au cours du siècle prochain, de nombreux épargnants en bitcoins délégueront toujours la gestion de leurs avoirs à des intermédiaires. Les institutions financières verront toutefois leur rôle se diluer progressivement dans l’écosystème Bitcoin, où de nouveaux modèles d’affaires disruptifs émergeront. Ces nouveaux substituts dépasseront, d’ici un siècle, la gamme des services financiers traditionnels que Bitcoin seul ne peut remplacer actuellement. La survie temporaire des institutions financières dépendra de leur capacité à se transformer drastiquement.

Ideogram

À titre d’analogie, Netflix a commencé en 1997 comme un service de location de DVD par courrier. C’était avant l’avènement de la technologie de streaming vidéo et la montée en puissance d’Internet à haut débit. Netflix a pivoté vers un modèle de diffusion en continu en 2007. Aujourd’hui, Netflix est un leader mondial dans le domaine du streaming, produisant également son propre contenu original. De même, Kodak était un ancien leader mondial de la photographie et des films argentiques. L’entreprise tente de se réinventer, via l’impression numérique, la biotechnologie et la blockchain pour la gestion des droits d’image. Les banques traditionnelles auront subi de plein fouet l’adoption du Bitcoin dans un siècle. Leur modèle d’affaires aura disparu, ou n’aura plus rien à voir avec celui que nous connaissons actuellement.

Les entreprises changeront radicalement de modèle d’affaires

Acheter un produit dont le prix en bitcoins sera inférieur dans le futur deviendra moins pertinent dans un siècle. Les entreprises abandonneront l’obsolescence programmée pour la durabilité, l’innovation continue et la traçabilité. L’innovation technologique deviendra un facteur clé de succès encore plus essentiel pour développer ces nouveaux avantages concurrentiels. Elle augmentera ou stabilisera mécaniquement la valeur des biens et services en bitcoins. Les producteurs et consommateurs privilégieront une vision à long terme, réduisant le besoin de produits à court terme non essentiels. Actuellement, l’obsolescence programmée produit de 20 à 50 millions de tonnes de déchets chaque année, entraînant des répercussions sociales et environnementales désastreuses.

Ideogram

Les entreprises adopteront des pratiques plus éthiques et responsables pour préserver leur réputation. Elles répondront ainsi à la demande croissante des consommateurs pour plus de transparence et de responsabilité environnementale. Le contexte de décroissance privilégiera les initiatives à long terme aux projets à rentabilité court terme.

@Diego Ortiz via Pixabay

L’économie déflationniste promise et incarnée par le Bitcoin favorisera les modèles économiques basés sur la location et le leasing. Les services de réparation se développeront, réduisant le besoin constant d’acheter de nouveaux produits. Les programmes de recyclage et les initiatives de seconde main deviendront populaires, prolongeant la durée de vie des produits existants et diminuant la demande pour de nouveaux.

Les structures autonomes décentralisées, le futur des organisations

Les technologies blockchain auront certes démontré leur pertinence dans l’optimisation incrémentale au sein des différents secteurs d’activité des entreprises. Elles permettront toutefois de maîtriser une plus grande complexité globale, en alliant la décentralisation à la sécurité et la transparence. Dans une économie numérique de décentralisation, toutes les entreprises offriront une approche radicalement collaborative, favorisant une innovation rapide. Les développeurs pourront créer des applications et services sans approbation centrale, grâce à des écosystèmes décentralisés qui réduiront les barrières à l’entrée. Dans un siècle, Bitcoin servira de couche de base primitive pour l’émergence d’autres nouvelles innovations.

Ideogram

Les entreprises permettront donc aux créateurs de contenu, artistes et développeurs de monétiser leur travail sans intermédiaires. Grâce à cette approche décentralisée, elles se concentreront davantage sur la convivialité, l’expérience client et la personnalisation des services. 99% des innovations les plus révolutionnaires sur le Bitcoin émergeront après 2050, dans un environnement global de développement ouvert. À l’image des réseaux sociaux, des applications de téléphones intelligents ou du e-commerce dans le cadre du web 2.0.

La démocratie représentative et la ploutocratie n’existeront plus

Bitcoin facilitera donc une transition vers une économie plus durable et éthique, où l’épargne redeviendra une alternative viable. Les entreprises privilégieront la durabilité, et les consommateurs exigeront davantage de transparence et de responsabilité. Cela contribuera à réduire les déchets et à prolonger la vie des produits, tout en rendant l’économie plus équitable et transparente. Cependant, les pouvoirs publics plébisciteront-ils ce changement radical de paradigme économique dans un siècle?

Ideogram

La démocratie représentative assure une gestion politique complexe et stable, mais elle souffre de problèmes de représentativité et de corruption. La blockchain et la décentralisation remplaceront cette forme de gouvernance traditionnelle par une démocratie directe, offrant un système de vote sécurisé, transparent, incorruptible et efficace. Et ce, pour des sujets comme l’écologie, la souveraineté, le contrôle des dépenses publiques et des politiques monétaires évoquées précédemment. La décentralisation réduira les points de défaillance uniques et, par conséquent, les possibilités de manipulation. À titre d’exemple, chaque vote, une fois enregistré, sera immuable et vérifiable. On en revient à la notion de transparence, mais également de confiance des citoyens dans le processus électoral et démocratique.

Ideogram

La démocratie directe offrira donc des avantages significatifs en termes de participation citoyenne, de transparence et de représentation fidèle de la volonté populaire. La décentralisation offrira une solution efficace aux défis de la complexité décisionnelle et du maintien de l’engagement citoyen. Elle ouvrira de nouvelles possibilités pour une démocratie plus directe et participative. Elle favorisera également une représentativité plus juste, moins corruptible, avec une vision politique et sociétale à plus long terme.

La légitimité des structures régaliennes sera remise en question

En éliminant les intermédiaires politiques, la démocratie directe surmontera les défis des systèmes de vote traditionnels. Cette nouvelle forme de gouvernance sera plus viable et accessible. Les décisions prises par les citoyens eux-mêmes rendront plus difficile l’influence indue par des intérêts particuliers. Cela réduira ainsi la corruption et le lobbying. Le processus de prise de décision deviendra plus transparent et compréhensible sans représentants intermédiaires. Cela entraînera une réduction des coûts associés à une classe politique professionnelle. Le pouvoir législatif reviendra ainsi au peuple plutôt qu’au Parlement.

Ideogram

La décentralisation rendra la démocratie directe possible à grande échelle, option actuellement irréalisable en raison de la taille des populations. Elle favorisera la prospérité de la population en privilégiant l’intérêt général sur les intérêts des pouvoirs médiatiques et financiers. L’assemblée constituante qui en résultera rendra des comptes directement aux électeurs, et non aux ploutocrates.

Les frontières économiques auront disparu

La monnaie actuelle reflète la technologie des civilisations et reste liée à un espace géographique. À l’image du dollar pour les États-Unis ou de l’euro pour l’Union Européenne. Pour Bitcoin, Internet est et restera son espace géographique dans un siècle. Il formera une économie mondiale propre avec ses règles, son registre, son système de droits de propriété et ses transactions.

@Riki32 via Pixabay

L’activité économique mondiale deviendra complètement géo-indépendante. À l’ère des interactions à distance, le métavers sera une extension d’Internet. Nous y posséderons davantage de biens, avec des droits de propriété sécurisés. Cela inclura de nouveaux actifs d’investissement tokenisés, facilitant et réduisant les coûts des transferts de ressources mondiaux. Ainsi, en résidant en Europe ou au Canada, il sera possible de choisir une blockchain d’assurance en Australie. Ou une blockchain d’opérateur téléphonique en Asie du Sud-Est et ce, de manière totalement interactive.

Bitcoin bouleversera les droits humains dans un siècle

Bitcoin offrira la solution afin d’aider les prisonniers politiques arrêtés pour avoir contribué financièrement aux manifestations contre les états dictatoriaux, sans crainte de représailles. En permettant des donations privées, il réduira les risques d’identification des soutiens publics. Bitcoin mobilisera des ressources pour aider dans des situations critiques, là où les voies traditionnelles ont échoué. Il aidera dans des situations socio-politiques extrêmes, comblant les lacunes des États. La décentralisation favorisera une plus grande liberté d’expression et d’action, sans censure ni surveillance excessive.

Ideogram

Dans les pays en développement, Bitcoin sera une alternative majeure à la convertibilité de l’argent. Il aidera à réduire les inégalités en offrant des solutions que les États n’ont pas su fournir. Il facilitera l’inclusion financière des populations non bancarisées et sécurisera les transferts financiers décentralisés, même dans les régions reculées.

Ideogram

Les systèmes d’épargne communautaire, comme la tontine ou le crowdfunding, seront modernisés. Bitcoin étendra ces pratiques au-delà des zones géographiques, rendant les transferts et la gestion de l’argent plus efficaces et sécurisés. En décentralisant la gestion financière, Bitcoin remplacera les systèmes de crédit traditionnels d’ici un siècle. Il offrira une alternative viable à la gestion actuelle des finances publiques par l’État.

Bitcoin rentabilisera les énergies renouvelables dans un siècle

Le modèle décliniste controversé de Meadows révèle une tendance alarmante et prévisible. La raréfaction des ressources exposera les limites de la croissance démographique et économique d’ici 2030. Les ressources énergétiques fossiles seront totalement épuisées, remplacées par des ressources d’énergie renouvelable illimitées, mais moins contrôlables et plus intermittentes.

Modèle de Meadows

Dans un réseau électrique classique, l’énergie pilotable, comme l’hydroélectricité et les combustibles fossiles, maintient l’équilibre entre production et consommation. Cependant, la transition énergétique aura imposé une utilisation accrue et exclusive des énergies renouvelables d’ici un siècle. Cette production intermittente doit être consommée en priorité car elle ne peut être stockée, ni régulée comme les énergies fossiles.

Ideogram

La disparition de l’énergie fossile sera quasi actée

Pour compenser la volatilité des énergies renouvelables, de nombreuses centrales à gaz ou à pétrole sont construites. Ces centrales sont coûteuses et souvent sous-utilisées, entraînant une augmentation des prix pour les consommateurs. En effet, les centrales de pointe ne fonctionnent qu’environ 10 % du temps, rendant leur construction économiquement inefficace. Le déploiement des énergies renouvelables sur le réseau est donc limité par leur manque de rentabilité.

Les consommateurs idéaux pour un réseau électrique seraient ceux qui peuvent ajuster leur consommation en fonction de la production intermittente. Les mineurs de bitcoins sont extrêmement flexibles, géo-indépendants et seuls capables d’ajuster ou d’arrêter facilement leur production. Contrairement aux data centers traditionnels, les mineurs peuvent absorber les variations de la production renouvelable, jouant ainsi un rôle d’amortisseur sur le réseau.

@Gerd Altmann via Pixabay

En intégrant le minage de bitcoins, les énergies renouvelables seront exploitées à 100 % de leur capacité dans un siècle. Leurs intermittences seront gérées par les mineurs plutôt que par les centrales à charbon ou à pétrole. Ainsi, chaque unité de production d’énergie renouvelable atteindra une efficacité maximale. Pour optimiser le réseau électrique et réduire les coûts, le minage de bitcoins offrira la seule solution innovante en absorbant la volatilité des énergies renouvelables, permettant ainsi leur rentabilité ainsi qu’une transition énergétique plus durable et économique. D’ici 2050, cela permettra un système électrique alimenté à 48 % par le solaire et l’éolien, avec des perspectives encore meilleures dans un siècle.

BloombergNEF

Bitcoin aura une empreinte carbone globalement positive dans un siècle

Bitcoin présentera une empreinte carbone positive en exploitant le méthane des plateformes pétrolières, des déchetteries et de l’élevage bovin. Le méthane, gaz à effet de serre plus toxique que le dioxyde de carbone, peut être capté et converti en énergie propre via des générateurs. Les opérations de minage de Bitcoin utiliseront cette énergie, réduisant ainsi l’impact environnemental du méthane non brûlé. Cela permettra de produire de l’énergie renouvelable tout en diminuant la quantité de méthane libéré dans l’atmosphère. Les plateformes pétrolières et les fermes d’élevage, souvent contraintes de brûler ou de relâcher le méthane, trouveront une nouvelle utilité écologique et économique pour ce gaz. Le minage de bitcoins soutiendra ainsi un modèle économique circulaire dans un siècle. Cette stratégie transformera une source de pollution en opportunité durable, alignant la croissance de Bitcoin avec des objectifs environnementaux positifs.

Ideogram

Le minage de Bitcoin génère une chaleur résiduelle importante en raison de la forte consommation énergétique des équipements. Cette chaleur, souvent dissipée, sera récupérée et réutilisée à grande échelle, réduisant ainsi le gaspillage d’énergie. Les applications sont variées : chauffage de bâtiments, piscines municipales et quartiers entiers via des réseaux urbains, améliorant l’efficacité énergétique globale. La chaleur sera utilisée pour des processus industriels comme le séchage, la cuisson ou la distillation, diminuant la demande en énergie primaire. Les serres agricoles maintiendront des températures optimales pour les plantes. En outre, les fermes piscicoles chaufferont l’eau des bassins afin de favoriser la croissance des poissons. Les avantages incluront la réduction des coûts de chauffage, une efficacité énergétique améliorée et une durabilité environnementale accrue.

Ideogram

Bitcoin, la bouée de sauvetage qui va sauver l’humanité dans un siècle?

Les grandes disruptions technologiques ont toujours bouleversé la société, mais la révolution du Bitcoin et de la décentralisation sera différente. Bitcoin jouera certes un rôle transformateur au cours du prochain siècle. Cependant, cette innovation déconstruit nos biais cognitifs profondément ancrés, tels que les notions de contrôle et de souveraineté. Sans compter les concepts de transparence, d’éthique, de convivialité, d’écologie et de responsabilité. Bitcoin marquera un tournant crucial pour l’humanité, signalant la fin de la croissance illimitée. Dans un siècle, Bitcoin aura imposé le retour aux notions de rareté et de sobriété, oubliées depuis plusieurs décennies. Les prédictions résolument optimistes laissent espérer un avenir meilleur, bien que la guerre de l’adoption soit longue et ardue. Bitcoin pourrait devenir insignifiant, ou au contraire incarner la primitive universelle de valeur dans un siècle. La vérité se situera probablement entre ces deux extrêmes, confirmant la vision de Rosa Luxemburg. Une fois de plus.

Pourquoi le Bitcoin favorise-t-il une économie déflationniste?

Une économie inflationniste est une économie dont l’inflation monétaire (par exemple, le dollar) est supérieure à la croissance de la productivité économique. Or, Bitcoin possède une faible inflation qui diminue au fil des années. Son inflation est et restera donc inférieure à la croissance de la productivité économique.

Une économie inflationniste implique une hausse des prix des biens et services en dollars. Une économie déflationniste impliquera donc une baisse des prix des biens et services en bitcoins, car le bitcoin augmentera sa valeur intrinsèque tandis que les biens et services garderont leur valeur intrinsèque, toutes choses étant égales par ailleurs.

Quels seront les critères pertinents pour justifier le besoin d'acquisition d’un bien ou d’un service en bitcoins dans un siècle?

Les prix des biens et services en bitcoins vont baisser, car le bitcoin augmentera sa valeur intrinsèque tandis que les biens et services garderont leur valeur intrinsèque, toutes choses étant égales par ailleurs. Les consommateurs auront donc tout intérêt à épargner plutôt qu’à dépenser.

Il existe néanmoins deux critères pertinents pour justifier le besoin d’acquisition d’un bien ou d’un service en bitcoins dans un futur contexte de décroissance. D’une part, le bien ou service acquis doit être nécessaire et le besoin doit être avéré, comme les produits de première nécessité. D’autre part, l’augmentation de la valeur intrinsèque du bien ou service acquis doit être plus rapide que l’augmentation de la valeur intrinsèque du bitcoin. Ce sera le cas en général pour les produits technologiques et innovants.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Ralph R. avatar
Ralph R.

Consultant international en gestion de projet. Ingénieur de formation, avec une maîtrise en administration des affaires (M.B.A.) et affaires internationales d’HEC Montréal. Passionné de technologie et de cryptomonnaies depuis 2016.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.