A
A

Le Premier Ministre anglais Rishi Sunak veut imposer les CBDC

dim 30 Oct 2022 ▪ 7h00 ▪ 5 min de lecture - par Mary Batshwok

Rishi Sunak est le nouveau Premier Ministre du Royaume-Uni depuis le 24 octobre 2022. Conservateur, fortuné, au parcours d’élite, l’homme qui remplace Liz Truss au 10 Downing Street est un fervent défenseur des CBDC. L’ancien chancelier de l’Échiquier, équivalent du ministre des Finances et du Budget, est chargé de former un nouveau gouvernement. Il a donné le ton en s’exprimant clairement pour une monnaie centralisée nommée CBDC.

Rishi sunak CBDC

Qui est Rishi Sunak ?

Né en 1980, à Southampton, sur la côte sud de l’Angleterre, Rishi Sunak est issu d’une famille aisée dont les grands-parents sont originaires dInde. Diplômé de prestigieuses universités, marié à une multimilliardaire et ancien analyste financier chez Goldman Sachs, il montera ensuite sa propre société d’investissement. Sa carrière politique a rapidement décollé : il est l’unique candidat à avoir obtenu les 100 parrainages requis pour devenir chef du Parti conservateur et par conséquent du gouvernement.

A 42 ans, c’est le cinquième Conservateur à accéder à la tête du Royaume-Uni en six ans.

C’est quoi les CBDC ?

Les CBDC sont les monnaies numériques centralisées que les États mettent en place actuellement pour avoir un contrôle total sur les citoyens. Un excellent article vous explique en détail le cauchemar des CBDC. On peut d’ailleurs suivre l’évolution de cette mise en place progressive dans le monde sur le site CBDC Tracker.

Si vous suivez un peu l’actualité, vous avez sans doute remarqué que la tendance depuis des années est à la limitation des paiements en cash, à la raréfaction des DAB, au blocage des virements parfois sans raison (vers des exchanges de cryptos par exemple). Que sous prétexte de propos « conspirationnistes », d’un nom de famille à consonance russe, ou sous n’importe quel prétexte, les comptes bancaires de citoyens, journalistes ou non, peuvent être bloqués du jour au lendemain. C’est un peu comme si notre propre argent ne nous appartenait plus vraiment… Cela ferait-il partie d’un vaste programme de grande réinitialisation concocté et expliqué sur le site du forum économique mondial ? Pourtant, comme le montre la couverture de la revue, « The Economist » il en était déjà question dans les années 80. Tous les États étant endettés par milliards et ayant usé et abusé de la « planche à billets », une monnaie numérique centralisée mondiale serait bien pratique pour une grande réinitialisation, non ?

the economist world currency

Rishi Sunak et les CBDC

Comme ses collègues des autres États qui veulent imposer une monnaie numérique centralisée, Rishi Sunak est tout sourire pour vanter les mérites de cette monnaie. Selon lui et ses collègues, elle devrait favoriser inclusion bancaire, stabilité financière, économies d’énergie, respect de la vie privée ou encore lutte contre le blanchiment… Entretenant la confusion avec le bitcoin (BTC), monnaie décentralisée par excellence, tous les gouvernants essaient de persuader les citoyens que les CBDC sont une solution parfaite (pour qui ?).

Comment imposer les CBDC ou le contrôle total ?

Ce cauchemar liberticide a été clairement expliqué mi-octobre lors d’une conférence au FMI : retrouvez tous les détails de cette monnaie imaginée pour contrôler toutes nos dépenses. Bien entendu avec un tel contrôle, inutile de songer acheter des cryptos … Après ces folles dernières années de pression, de confinement, de contrôle des populations, de quelle façon arriveront-ils à nous imposer les CBDC ? Et si, pour faire des économies d’énergie, on subissait une coupure de courant ou un problème de réseau ? Et que plus aucun TPE ne fonctionnait ? Impossible ? Pourtant, c’est arrivé au Canada cette année… Et si les problèmes énergétiques ne seraient-ils pas le bon prétexte pour imposer la monnaie numérique centralisée ?

Pour celles et ceux qui comprennent l’anglais, voici une vidéo très explicite sur les CBDC

Rishi Sunak annonce donc clairement la couleur dans la vidéo sur Twitter (haut de page) : les CBDC ont tellement de qualités que ce serait vraiment dommage de s’en priver. Selon lui, cela fait partie de « l’histoire de l’innovation numérique ». Pour tenter de rassurer les plus sceptiques, le Premier Ministre prétend même que « la décision de lancer ou non une monnaie numérique de banque centrale appartient à chaque pays, et aucune juridiction du G7 n’a encore fait ce choix. » Ce n’est pas vraiment ce que suggère la Une de The economist en tout cas (qui date de 1988, faut-il le rappeler).

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mary Batshwok avatar
Mary Batshwok

Subprimes, crises financières, inflation galopante, paradis fiscaux... Le bitcoin a été conçu pour plus de transparence et peut-être enfin changer la donne. J'essaie de comprendre ce nouvel environnement et tente de l'expliquer à mon tour. La route est sans doute longue, mais elle en vaut la peine.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !