A
A

Taïwan et géopolitique du Bitcoin

sam 06 Août 2022 ▪ 20h00 ▪ 6 min de lecture - par Nicolas Teterel

La crise diplomatique déclenchée à Taïwan risque d’accélérer la dédollarisation et de provoquer une pénurie de semi-conducteurs. De bon augure pour le bitcoin sur le long terme.

Nancy saute sur Taipei

La présidente du parlement américain est la plus haute responsable américaine à se rendre sur l’Ilha Formosa depuis 25 ans. Cette visite en fanfare a provoqué l’ire de la Chine qui y voit une provocation.

« Notre visite réaffirme que l’Amérique est aux côtés de Taïwan, une démocratie robuste, dynamique et notre partenaire important dans la région indo-pacifique. »

Le parachutage de Nancy Pelosi intervient après de multiples mises en garde, notamment du ministre chinois des Affaires étrangères qui a prévenu que « la réunification de Taïwan avec le continent est une fatalité historique ».

[Rappel historique : le gouvernement de la République de Chine s’est réfugié à Taïwan pendant la guerre civile perdue contre les communistes. Dans les faits, Taïwan n’a jamais proclamé son indépendance et chacun revendique la légitime souveraineté sur tout le territoire chinois (Chine continentale et Taïwan).]

Le point crucial de cet esclandre diplomatique est l’entretien entre le président chinois et son homologue américain une semaine à peine auparavant. Voir une délégation diplomatique débarquer à Taipei si peu de temps après est une humiliation pour Xi Jinping. Et perdre la face est impardonnable dans la culture chinoise.

Les exercices militaires et les tirs de missiles nourris en direction du détroit de Taïwan suggèrent d’ailleurs que le Rubicon est bel et bien franchi. Les représailles seront inévitables, dans le pur style de Sun Tzu : calculées, stratégiques, dures et étalées sur le long terme.

La Chine a d’ores et déjà interdit les exportations de sable de silice vers l’île. Un coup dur puisque cette matière première est indispensable au fleuron de l’industrie taïwanaise : celui des semi-conducteurs.

Sa part de marché au niveau mondial est de 66 % d’après Nikkei Asia ! L’avance technologique de TSMC (Taïwan Semi-Conductors Manufacturing Company) est au cœur de la discorde car les semi-conducteurs sont indispensables dans la lutte pour la suprématie technologique.

De nombreux développeurs de puces américains s’appuient sur les technologies de pointe de TSMC qui fabrique des puces en trois nanomètres, et bientôt deux nanomètres. Ces dernières sont essentielles pour les smartphones, les superordinateurs, les data centers, ou encore les avions de chasse F-35 de l’armée américaine.

Ce n’est pas un hasard si Nancy Pelosi a rencontré les leaders de cette industrie lors de ce passage éclair. Son objectif était de convaincre TSMC de se délocaliser aux États-Unis. Cette manœuvre intervient une semaine après le vote de l’American CHIPS act qui offre un pactole de 52 milliards aux entreprises taïwanaises qui sauteront le pas.

Tout cela pour dire qu’il faut très probablement s’attendre à ce qu’une inflation massive touche les produits électroniques. C’est la première raison pour laquelle la crise taïwanaise fait les affaires du bitcoin.

La Chine va-t-elle vendre la dette US ?

La seconde raison est que l’Empire du Milieu pourrait se débarrasser de ses 980 milliards de dette américaine. Soit environ 3 % de toute la dette publique américaine :

CHinese holding of us treasuries

Pékin va sûrement saisir cette occasion, d’autant plus que le ministre des Affaires étrangère russe fait depuis quelques temps le tour du monde pour inciter toutes les nations à cesser de commercer en dollar.

Pour M. Parsi, directeur de l’Institut suédois des affaires internationales, la Chine sera « l’acteur clé » de la dédollarisation, tandis que « la Russie pèsera lourd dans ce processus ».

Le club des BRICS discute d’ailleurs d’une nouvelle monnaie de réserve calquée sur le DTS du FMI. C’est-à-dire une monnaie adossée à un panier de monnaies.

« La question de la création d’une monnaie de réserve internationale basée sur le panier de devises de nos pays est à l’étude », a déclaré le président Poutine lors du quatorzième sommet des BRICS en juillet dernier.

Sans parler du fait que l’Arabie saoudite envisage de rejoindre les BRICS. Ce rapprochement suggère peut-être que Riyad a l’intention d’arrêter de vendre son pétrole exclusivement en dollars…

Quoi qu’il en soit, il ne fait plus aucun doute que le système monétaire international est sur le point de changer en profondeur. Et vu le risque d’affrontement militaire, le monde aurait grand besoin d’une monnaie APATRIDE, anti-inflationniste et résistante à la censure : bitcoin.

L’impossibilité d’interdire une transaction en bitcoin est devenue primordiale au vu du gel récent des réserves de change de la Russie (150 milliards de dollars et 150 milliards d’euros).

La masse monétaire absolument limitée du bitcoin est également appréciable. Il n’est en effet pas certain qu’un panier de monnaies rongées par l’inflation fera l’unanimité pour remplacer le billet vert…

Même la BCE se demande si le bitcoin ne serait pas le « saint Graal » des paiements internationaux :

« Le réseau Bitcoin (complété par des couches supplémentaires telles que le réseau Lightning pour assurer un débit élevé de transactions rapides) pourrait être le Saint Graal des paiements internationaux. Le monde entier peut utiliser le Bitcoin ‘tel quel’, […] sans aucun investissement supplémentaire. Cela est dû au fait que la conversion des devises s’effectue en dehors du réseau. »

Dit autrement, le bitcoin est déjà prêt à l’emploi. Il est un système monétaire international clés en main qui remplacera bientôt toutes les réserves de change. Soit l’équivalent de 12 000 milliards de dollars. Ce jour-là, un seul bitcoin vaudra plus de 600 000 dollars.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Cours & Indices

BITCOIN (BTCUSD) 23 809,96 $ -0.05%
ETHEREUM (ETHUSD) Ξ 1 772,43 $ -0.34%
DEFI (DEFIPERP) 3 667,40 $ -1.19%
MARKETS (ACWI) 89,87 $ 0.04%
GOLD (XAUUSD) 1 791,09 $ 0.13%
TECH (NDX) 13 159,16 $ -0.37%
CURRENCIES (EURUSD) 1,02 $ 0.54%
CURRENCIES (EURGBP) 0,844790 £ 0.15%
CRUDEOIL (USOIL) 89,59 $ -0.98%
IMM. US (REIT) 2 573,92 $ 0.84%
Le pourcentage exprime l’évolution depuis 24h Acheter des cryptos sans risques
Guides Crypto
Vous devez remplir le formulaire pour recevoir votre document
Partenaires Affiliés
Ovr logo OVR La plateforme metaverse- Visiter
Bybit logo Bybit La plateforme de trading en cryptos- Visiter
Huobi logo Huobi Plateforme d'échange de Cryptomonnaies- Visiter
Sorare Logo Sorare Le jeu de fantasy football mondial- Visiter
Etoro Logo Etoro Le trading social de cryptos Disclaimer: 78% des comptes CFD perdent de l'argent - Visiter
En bourse logo En Bourse Formations, applications et accompagnement dédiés aux traders indépendants- Visiter
Koffy logo Koffy Agrégateur d'infos Web3 propulsé par l'IA !- Visiter
Coinhouse logo Coinhouse L'objectif de Coinhouse est de rendre les crypto-actifs accessibles à toutes et à tous.- Visiter
crypto excel logo Crypto Excel Le gestionnaire de portefeuille crypto par excellence- Visiter