A
A

L’UE recale Amazon pour le développement de l’euro numérique de la BCE

ven 30 Sep 2022 ▪ 21h00 ▪ 5 min de lecture - par Cédrick Aimé GUELANG OFALABEN

La Banque centrale européenne (BCE) est actuellement dans la phase d’expérimentation de l’euro numérique. Pour ce faire, l’institution a convié cinq entreprises dans le cadre de la mise en œuvre des prototypes d’interface utilisateur. L’idée est de simuler les opérations de transfert pour s’assurer que tout est optimal. Parmi les entreprises triées sur le volet par la BCE, figurent Amazon, qui est la seule firme non européenne de la shortlist. Justement, cette présence d’Amazon ne fait pas l’unanimité au sommet de l’union. Les parlementaires européens restent prudents face au manque de fiabilité de l’entreprise du milliardaire Jeff Bezos en matière de confidentialité et de fiscalité.

L’UE recale Amazon dans le projet d’euro numérique de la BCE

Euro numérique : les parlementaires européens critiquent le choix de la BCE

La Banque centrale européenne (BCE) reçoit des nombreuses critiques de la part des eurodéputés pour certains de ses choix. L’organisme européen a décidé de faire appel à plusieurs entreprises pour la conception du prototype des règlements numériques en euro. Sauf que parmi ces entreprises sélectionnées, il y a Amazon, une entreprise américaine de commerce en ligne. Et visiblement, les précédents entre l’Union Européenne et l’entreprise de Jeff Blezos donnent lieu de s’inquiéter.

Les responsables politiques de l’UE suspectent l’entreprise américaine de légèreté en matière de confidentialité et même de fiscalité. De plus, des cinq entreprises conviées par la BCE, seule Amazon n’est pas européenne, ce qui pose un véritable problème à certains parlementaires. De manière presque unanime, les députés européens ont exprimé leurs préoccupations majeures et ont taxé la politique fiscale et sociale d’Amazon de « douteuse ». Ils s’indignent qu’un projet aussi sensible que la réalisation des prototypes de l’euro numérique passe par une entreprise souvent accusée de violer les règlements européens sur la protection des données. Rappelons que suite à ses défaillances en matière de confidentialité, la firme américaine avait reçu une amende record des autorités de régulation. D’ailleurs, l’entreprise avait nié en bloc en faisant appel dans la foulée.

C’est en marge des échanges trimestriels entre les différentes institutions de l’Union européenne que Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a dressé l’état des lieux des progrès de l’institution, dans le cadre des investigations sur l’euro numérique. Les parlementaires en ont profité pour réaffirmer leur indignation par rapport au rôle que pourrait jouer Amazon dans le processus en cours.

Les eurodéputés doutent de la fiabilité d’Amazon

Les députés européens ont été clairs, ils ne font pas du tout confiance à Amazon. Eero Heinäluoma ; le parlementaire du centre gauche est revenu sur les accusations et l’amende de 746 millions d’euros qui pèse contre la société de Jeff Blezos. Il s’en est servi pour tacler la BCE et ses choix douteux. Du côté de la BCE, on a essayé de jouer à l’apaisement. Les décideurs de la BCE évoquaient également la possibilité qu’Amazon ne joue pas un rôle plus important lors des prochaines phases du projet. Ils ont par ailleurs précisé que l’apport d’Amazon dans la réalisation des interfaces de paiements est énorme.

De plus, l’entreprise n’aurait pas reçu un seul centime pour ses prestations dans le projet. L’eurodéputée Stéphanie Yon-Courtin choquée par l’argumentaire, a déclaré que : « Nous savons qu’Amazon veut être payé avec des données ». Jonás Fernández, reste aussi inquiet et le dit clairement :  « Honnêtement, je suis maintenant plus inquiet qu’avant ».

La fin du processus de conception du prototype est prévue en mars 2023. En attendant, la BCE aura du pain sur la planche avec les eurodéputés. Elle devra regagner leur confiance sur la viabilité du projet de l’euro numérique.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Cédrick Aimé GUELANG OFALABEN avatar
Cédrick Aimé GUELANG OFALABEN

Doctorant en droit financier et rédacteur web SEO expérimenté, Cédrick Aimé est passionné par les cryptomonnaies, le trading, etc. Il participe naturellement grâce à ses articles à la révolution blockchain au quotidien pour une meilleure démocratisation de la DeFi.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !