Salvador : Comment l’adoption du bitcoin (BTC) a-t-elle commencé et comment se poursuit-elle ?

ven 07 Jan 2022 ▪ 13h30 ▪ 7 min de lecture - par Salomé Guerin

La nation latino-américaine a toujours du mal à faire face à la volatilité de la première cryptomonnaie lorsqu’elle est utilisée comme moyen d’échange, se répandant ainsi dans la vie quotidienne et gagnant la compréhension et l’acceptation des Salvadoriens.

Le président excentrique

Avant le mois de juin 2021, les nouvelles concernant Nayib Bukele étaient probablement loin d’interpeler les nombreux utilisateurs de la cryptomonnaie. Le président salvadorien faisait plutôt la une des journaux à la suite des allégations de corruption et de comportement dictatorial après que la majorité du congrès appartenant à son parti a limogé cinq membres de la Cour suprême du pays ainsi que son procureur général.

Cependant, lors de la conférence Bitcoin 2021 à Miami, Bukele a stupéfait de nombreux participants, ayant attiré l’attention internationale en annonçant qu’il prévoyait l’adoption du bitcoin en tant que monnaie légale au Salvador. En une semaine, une grande majorité de l’Assemblée législative salvadorienne, autrement dit la plupart des membres du propre parti de Bukele, a approuvé l’adoption de la loi sur le bitcoin, obligeant toutes les entreprises à accepter le cryptoactif comme moyen de paiement aux côtés du dollar américain.

L’implication personnelle de Bukele dans le déploiement de la cryptomonnaie semblait s’étendre plus loin que ce que beaucoup aurait pu attendre d’un leader mondial. Le président salvadorien était déjà actif sur les réseaux sociaux et se présentait différemment de nombreux politiciens, souvent vêtu de façon décontractée d’une casquette de baseball et d’un jean.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi sur le bitcoin en septembre, il a utilisé son compte Twitter pour annoncer plusieurs achats de bitcoins totalisant 1 391 BTC (plus de 71 millions de dollars), probablement en utilisant des fonds du Trésor national salvadorien. Il a également suggéré l’idée que le pays peut exploiter l’énergie géothermique de ses volcans pour miner de la crypto.

La réaction du public

Localement, l’opposition à la loi Bitcoin s’est manifestée sous la forme de déclarations publiques de législateurs non liés au parti politique de Bukele ainsi que de manifestations à San Salvador, la capitale du pays.

Avant l’entrée en vigueur de la loi le 7 septembre, un groupe de retraités, d’anciens combattants, de personnes ayant des opportunités limitées et de travailleurs ont défilé dans la capitale pour exprimer leurs inquiétudes quant à la volatilité du cryptoactif et à la façon dont la loi Bitcoin pourrait affecter leurs pensions. Les manifestants se faisant appeler le « Bloc de la Résistance populaire » portaient des banderoles indiquant « Non au bitcoin » pour exiger l’abrogation de la loi.

La réaction à l’échelle internationale

Des responsables qui n’étaient pas exposés à l’influence de Bukele ont également exprimé leur scepticisme quant au déploiement de la première cryptomonnaie.

En juin, Victoria Nuland, du département d’État des États-Unis, a encouragé le Salvador à « regarder de près » le bitcoin pour s’assurer que l’actif numérique était « bien réglementé » et assez « transparent ». De son côté, le gouvernement américain a également offert une protection « contre les acteurs malveillants ». Le Fonds monétaire international a publié son propre avertissement en juillet, affirmant que les conséquences pour un pays adoptant le bitcoin en tant que monnaie légale « pourraient être désastreuses ».

Des projets ambitieux

Le président Bukele a encouragé les efforts visant à établir le cadre réglementaire pour l’adoption des paiements BTC et à construire l’infrastructure nécessaire pour que les commerçants et les citoyens salvadoriens utilisent quotidiennement la crypto. Le pays abrite déjà Bitcoin Beach, une zone du village El Zonte où les bitcoiners peuvent utiliser la cryptomonnaie pour payer ce dont ils ont besoin, des factures de services publics aux tacos. Les autorités ont également supervisé l’installation de centaines de distributeurs Chivo, permettant aux Salvadoriens de retirer de l’argent 24 heures sur 24 sans payer de commissions sur leurs avoirs crypto.

Toutefois, l’annonce qui se distingue probablement comme la plus ambitieuse des plans crypto 2021 de Bukele impliquait la création de Bitcoin City, financée par 1 milliard de dollars d’obligations BTC. Les plateformes d’échange de cryptomonnaies Bitfinex et Blockstream ont déjà déclaré qu’elles prévoyaient de soutenir l’initiative, qui ne viserait pas à générer des gains en capital, des revenus, des biens ou des taxes sur les salaires.

Les critiques selon lesquelles Bukele règne de manière autoritaire ont nécessairement été atténuées parallèlement au déploiement de la loi sur le bitcoin. Cependant, le président a bénéficié d’un soutien à la suite de ses déclarations « d’achat à la baisse », de ses propositions de créer un réseau d’information Bitcoin et d’autres développements liés à la cryptomonnaie dans le pays. On constate également que le président semble s’identifier comme le « dictateur le plus cool du monde » : Bukele a mis le statut de « PDG du Salvador » dans sa bio sur Twitter.

La dictature ne disparaît pas discrètement

Avant la publication officielle de la loi sur le bitcoin, la police a arrêté un résident de San Salvador qui s’était opposé à l’adoption du bitcoin comme monnaie légale. En octobre, à la suite de plusieurs manifestations contre la politique de Bukele, le gouvernement a interdit les rassemblements, affirmant que ses actions visaient à prévenir la propagation de COVID-19. Néanmoins, les événements sportifs et culturels ont toujours été autorisés.

À la fin de l’année écoulée, il n’était toujours pas clair si le citoyen moyen du Salvador récoltait de nombreuses récompenses promises par le gouvernement après le déploiement de la loi Bitcoin. Bukele a annoncé en octobre que les animaux bénéficieraient de la crypto, après avoir annoncé la construction d’un hôpital vétérinaire financé par les bénéfices générés par le mining du bitcoin. Nonobstant, il est probable que la nation latino-américaine ait toujours du mal à faire face à la volatilité de l’actif numérique dont la présence dans la vie quotidienne n’est pas encore si familière.

Dirigé par le président infatigable et partisan ardent de la cryptomonnaie Nayib Bukele, le Salvador continue son trajet vers l’adoption complète et catégorique du bitcoin. Le temps nous dira quel sort est réservé au petit pays d’Amérique centrale.

Source : Cointelegraph

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

Salomé Guerin

Si les cryptomonnaies sont synonymes de liberté financière, alors elles doivent jouer un rôle clé dans l'émancipation financière des femmes. Avec l'éducation adéquate, la crypto peut constituer un outil puissant pour mener la bataille contre les inégalités de genre.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.