A
A

Huawei : Des espions chinois se servent du bitcoin (BTC) ?

jeu 27 Oct 2022 ▪ 7h00 ▪ 3 min de lecture - par Cédrick Aimé GUELANG OFALABEN

Les relations internationales entre les États-Unis et la Chine sont au plus mal actuellement. Elles le sont davantage depuis que le gouvernement américain a décidé de poursuivre Huawei, le géant chinois de la téléphonie. C’est justement en marge de ces poursuites, qu’un autre scandale est venu amplifier la rupture entre les deux puissances. En effet, Washington accuse deux agents de renseignements à la solde de l’empire du Milieu d’entraver l’enquête en cours. C’est ce qui ressort de la conférence de presse entre les cadres du FBI et le ministère de la Justice.

Huawei, Bitcoin, Etats-Unis, Chine, espionnage
Les États-Unis soupçonnent les agents chinois d’espionnage

2 personnes accusées d’espionnage pour le compte de la Chine dans l’affaire Huawei

Ce n’est pas une nouveauté, les accusations d’espionnage entre Washington et Pékin sont légion. Une fois de plus, le gouvernement américain pointe du doigt les autorités chinoises, pour leur ingérence dans les affaires politiques du pays. Cette fois encore, deux hommes sont à l’origine d’une entrave à la justice américaine dans l’affaire opposant le gouvernement à l’entreprise Huawei. Il s’agit de Guochun He et de Zhen Wang. Les deux espions croyaient coopérer avec un indic dans le gouvernement américain pour dérober au passage des informations sensibles, de même que des secrets touchant à la propriété intellectuelle.

En d’autres termes, leur souhait était de soutirer des informations confidentielles dans le cadre des enquêtes sur Huawei. Ils auraient également proposé 61 000 dollars en bitcoin pour connaitre l’identité des témoins, les nouvelles charges retenues et même les preuves du procès. C’est hier que le département de la justice américaine sur son site officiel a rendu publiques ces informations. Avant eux, onze autres ressortissants chinois auraient aussi été inculpés pour diverses infractions, dont le harcèlement de personnes sur le sol américain. Christopher Wray, le directeur du FBI, constate avec amertume que ces présumés espions : « essaient de faire taire quiconque se défend contre leur vol – entreprises, politiciens, particuliers – tout comme ils essaient de faire taire quiconque se défend contre leurs autres agressions ».

Il faut préciser que dans les documents d’accusation mis en avant par la justice, le nom de Huawei ne figure en aucun cas. Toutefois, le plan d’hameçonnage préparé par Washington mettait en avant une éventuelle arrestation des cadres de Huawei présents sur le sol américain. C’est de là que toute cette machination de harcèlement et d’ingérence serait partie.

Conclusion

Pour l’instant, l’entreprise Huawei n’a pas laissé de commentaires. Une posture étrange, car son nom est officieusement dans cette affaire d’espionnage. En 2020, par exemple, alors qu’elle était dans le collimateur de la justice américaine, la société de la téléphonie avait haussé le ton, affirmant que : « Attaquer Huawei n’aidera pas les États-Unis à garder une longueur d’avance sur la concurrence ».

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Cédrick Aimé GUELANG OFALABEN avatar
Cédrick Aimé GUELANG OFALABEN

Doctorant en droit financier et rédacteur web SEO expérimenté, Cédrick Aimé est passionné par les cryptomonnaies, le trading, etc. Il participe naturellement grâce à ses articles à la révolution blockchain au quotidien pour une meilleure démocratisation de la DeFi.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !