A
A

Bitcoin (BTC) : une révolution pacifiste ?

lun 22 Août 2022 ▪ 15h00 ▪ 3 min de lecture - par Rédaction CT

Au début de la révolution du bitcoin (BTC), l’idée selon laquelle la crypto dans son ensemble arracherait le pouvoir monétaire à l’État et le transmettrait au peuple avait été qualifiée d’utopiste. Mais avec le temps et un processus de démocratisation en marche, on s’accorde davantage à dire que cela pourrait se réaliser. Une réalité dont la survenue inquiète les États. Ces dernières années, ceux-ci ont multiplié les efforts pour soit interdire le recours à la crypto soit réglementer son utilisation.

Bitcoin, crypto

Le bitcoin, une menace pour l’État

Dans une publication faite sur Medium, l’influenceur crypto Nic Carter, a montré comment le bitcoin (BTC) s’attaque frontalement aux intérêts de l’État, notamment au système monétaire contrôlé par les banques centrales.

Dans son texte, il se questionne sur la nécessité de l’inflation dans une économie de marché libre, la légitimité des banques centrales de fixer arbitrairement le prix de la monnaie et la prérogative laissée à l’État de contrôler l’épargne et les dépenses, etc. D’après lui, ces éléments du système monétaire maintiennent les épargnants et les consommateurs de la monnaie dans un système esclavagiste, qui fait que leurs finances ne leur appartiennent pas véritablement.

De l’autre côté, les monnaies alternatives, le BTC en particulier, remet en cause le privilège le plus précieux de l’État qui est sa capacité à se financer par l’inflation, indique Carter qui poursuit qu’étant très liquide et très échangé à l’échelle mondiale, le BTC a pour effet pratique de mettre en lumière la manipulation des taux de change.

« Le BTC prévoit un système qui permet un commerce sans entrave, une banque libre à réserve prouvable, qui rend les contrôles de capitaux obsolètes, qui libère les épargnants du vol par l’inflation approuvé par l’État, et qui finit par déresponsabiliser entièrement l’État, en réduisant sa boîte à outils monétaire ».

Bitcoin, c’est une monnaie mathématique, une révolution pacifique

Un face-à-face des systèmes que l’influenceur qualifie de « guerre » avec les Bitcoiners qui font office de « dissidents », dont les opérations affectent déjà le système monétaire, notamment les banques centrales.

D’ailleurs, explique-t-il, cela justifie les interdictions de posséder des cryptos, le besoin exprimé par des États de les règlementer, les critiques de l’intelligentsia dépendante de l’État, celles de la presse, des universitaires bénéficiaires de la bulle des prêts étudiants garantis par le gouvernement ou encore celles des économistes « obligés de colporter des récits keynésiens pour obtenir des subventions ».

L’avènement et le développement de l’usage du BTC apparait clairement comme une révolution qui s’attaque naturellement aux intérêts des États et menace leur pouvoir sur le système monétaire.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Rédaction CT avatar
Rédaction CT

Derrière la signature générique « Rédaction CT » se trouvent de jeunes journalistes et des auteurs aux profils particuliers qui souhaitent garder l’anonymat car impliqués dans l’écosystème avec certaines obligations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !