A
A

Bitcoin & Géopolitique - Semaine 12

mar 21 Mar 2023 ▪ 7 min de lecture ▪ par Nicolas T.
Paiement

La dédollarisation accélère. L’émancipation monétaire des nations encore confirmée cette semaine à Moscou est de très bon augure pour le Bitcoin.

dollar

Xi et son ami Vladimir

Le président Xi Jinping est arrivé à Moscou ce lundi pour une escale de trois jours. Il s’agit de sa première visite à l’étranger depuis sa réélection. La Russie avait déjà eu ce privilège dix ans en arrière.

Les deux parties ont discuté de coopération stratégique dans les domaines militaires et de l’énergie.

« Mon cher ami, je t’appelle toujours mon cher ami »

L’Ukraine fut évidemment au cœur des discussions. Un entretien virtuel serait envisagé entre Xi Jinping et le président Zelensky, ce qui suggère que la Chine ne serait pas contre jouer les médiateurs.

L’Empire du Milieu préfère probablement voir le conflit se terminer pour ne pas dégrader ses liens avec le vieux continent, première destination de ses exportations.

Mais il est hors de question de lâcher son allié russe. Et de toute façon, même si V. Poutine s’est montré conciliant en déclarant être « ouvert au processus de négociation » avec l’Ukraine, le porte-parole de la maison blanche a jugé pour sa part un cessez-le-feu « inacceptable ».

En France, l’ambassadeur polonais a déclaré sur le plateau de LCI que son pays « sera forcé d’entrer dans le conflit si jamais l’Ukraine ne parvenait pas à préserver son indépendance »…

Jan Emeryk Rościszewski, ambassadeur de Pologne en France : « Soit l’Ukraine défend son indépendance aujourd’hui, soit nous serons contraints d’entrer dans ce conflit. »

Le président tchèque appelle lui à une contre-offensive rapide pendant que le Bild révèle que la « prochaine offensive de Kiev se concentrera principalement sur Lugansk et Zaporozhye en vue de couper les communications terrestres de la Russie avec la Crimée ».

La fin de la guerre ne semble pas pour tout de suite…

Le 20 mars 2003 à Bagdad…

La date du 20 mars n’est pas un hasard du calendrier. Il y a deux décennies exactement, les États-Unis envahissaient l’Irak sous un faux prétexte. Et cela, malgré le veto français, russe et chinois au conseil de sécurité de l’ONU.

Vingt ans plus tard, Washington doit faire face aux conséquences, et notamment la coordination diplomatique du tandem sino-russe. Il n’y a « plus de limites » à leur coopération. Les exercices militaires conjoints en attestent, de même que les votes à l’unisson sur la Libye et la Syrie .

Ce n’est pas une coïncidence si la Chine accumule de l’or sans discontinuer depuis 2003 (la Russie s’y mettra en 2008, dans le sillage du fameux « QE » de la Fed). Imposer le pétrodollar par la force ne pouvait pas rester sans réponse de la part de Pékin.

Il faut en effet rappeler qu’en octobre 2002, Sadam Hussein fit une fleur à l’Europe en abandonnant le dollar au profit de l’euro. Une décision courageuse, d’autant plus que la monnaie unique était alors en perdition face au dollar.

Aujourd’hui, la Russie tient sa revanche en prenant la tête de la fronde contre la monnaie impériale. Les appels du ministre des Affaires étrangères S. Lavrov à ne plus commercer en dollar devant la Ligue arabe et l’Union africaine ont trouvé un écho favorable, notamment en Arabie Saoudite.

Le royaume accepte à présent le yuan et l’euro en plus du pétrodollar…

40 chefs d’État africains à Moscou

La Russie sait bien que nombre de pays africains sont vassalisés par la France grâce au Franc CFA. Si les États-Unis ont une politique extérieure centrée sur le pétrodollar, celle de la France vis-à-vis de 14 pays africains est similaire, sinon pire.

Sur la soixantaine de coups d’État africains depuis les années 1960, la moitié se sont déroulés dans les anciennes colonies françaises…

Le Togo obtiendra par exemple son « indépendance » en 1960. Malheureusement, le président Sylvanus Olympio sera assassiné par un ex-légionnaire peu après avoir annoncé son intention d’imprimer une monnaie adossée au mark allemand…

Le franc CFA est un instrument d’asservissement et la présence de l’armée privée russe Wagner vise clairement à donner du courage aux dirigeants africains.

Soit dit en passant, neuf ressortissants chinois ont été assassinés en république centrafricaine la veille du déplacement de Xi Jinping. Un message ?…

Quoi qu’il en soit, Vladimir Poutine n’avait pas l’air très isolé au milieu des 40 chefs d’État africains. Ces derniers seront contents du voyage puisque la Russie va effacer l’équivalent de 20 milliards de dollars de dette.

« L’Afrique deviendra l’un des leaders du nouvel ordre mondial multipolaire qui se dessine. Les pays africains s’efforcent de mener une politique étrangère et intérieure indépendante et souveraine, et de résoudre de manière autonome leurs problèmes parfois difficiles », a déclaré le président russe.

Poutine recommande le yuan

La Russie fait tout pour réduire sa dépendance au dollar depuis l’annexion de la Crimée en 2014. La dédollarisation s’est même étendue à l’euro après le gel de 300 milliards de dollars/euros de réserves de change et la déconnexion des banques russes du réseau SWIFT.

Désormais, les 2/3 du commerce entre la Russie et la Chine se font en yuan et rouble. Les deux pays utilisent l’alternative au réseau SWIFT qu’est le système chinois CIPS.

La part du yuan sur le marché des changes russe est passée de moins de 1 % à 45 %. Le total des transactions sur la paire yuan-rouble atteint près de 9 milliards de yuans (1,25 milliard $) par jour.

 » Nous sommes favorables à l’utilisation du yuan chinois pour les règlements entre la Russie et les pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Je suis convaincu que ces formes de règlement en yuan se développeront entre les partenaires russes et leurs homologues des pays tiers. »

En parallèle, l’Inde avance aussi ses pions. La semaine dernière, 18 pays ont accepté de régler les paiements en roupie. Dix-sept autres pays sont sur la liste d’attente.

Les 18 pays en question sont la Russie, Singapour, Sri Lanka, Botswana, Fidji, Allemagne, Guyane, Israël, Kenya, Malaisie, Maurice, Myanmar, Nouvelle-Zélande, Oman, Seychelles, Tanzanie, Ouganda et Royaume-Uni. L’Inde n’utilisera pas le yuan…

Ces émancipations monétaires sont de très bon augure pour le bitcoin. Ses frais de transaction étant imbattables, c’est naturellement vers lui que le monde entier finira par se tourner. Il est la monnaie neutre et apatride qui fera le lien entre les « pôles ».

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.