A
A

Bitcoin (BTC) : Trois FUD acceptables

lun 17 Oct 2022 ▪ 6 min de lecture ▪ par Nicolas T.

Trois types de FUD sont légitimes à propos du bitcoin…

Bitcoin FUD

Bitcoin ne consomme pas assez d’énergie

Le Proof-of-Work permet de sécuriser une réserve de valeur derrière un mur d’énergie chiffré. Nous découvrirons bien assez tôt pourquoi le passage d’Ethereum en PoS fut une grave erreur. En attendant, trêve de FUD sur le PoW.

Certes, le hashrate est déjà largement suffisant pour empêcher toute prise de contrôle du réseau Bitcoin. Il est également vrai que le changement climatique et la raréfaction énergétique doivent nous inciter à la parcimonie.

Cela étant dit, le mining de BTC, grâce à son agnosticisme géographique, peut être installé sur les sites pétroliers et consommer du méthane qui serait autrement relâché dans l’atmosphère.

Daniel Batten estime qu’il suffirait de brancher 2254 MW sur des torchères de méthane pour compenser entièrement les émissions de CO2 du réseau Bitcoin.

Soit environ 20 % de la puissance de l’ensemble du réseau bitcoin qui consomme 60 % d’énergie renouvelable.

Par ailleurs, le réseau Bitcoin offre un prix plancher aux énergéticiens qui ont bien besoin d’argent pour financer la transition énergétique.

Enfin, l’appréciation du bitcoin ne se traduira pas automatiquement par l’arrivée de légions de machines de mining. Pour deux raisons :

  • La récompense en BTC attribuée aux mineurs est divisée par deux tous les quatre ans.
  • Les semi-conducteurs consomment de moins en moins d’énergie. Les machines de mining utiliseront des puces en 1.4 nm d’ici à 2027, contre 5 nm actuellement.

Si bien qu’il faudra probablement que le prix du BTC soit multiplié par 24 au cours des huit prochaines années pour que la consommation d’énergie augmente significativement.

Voilà pour les mauvaises langues qui refusent d’admettre que le mining de BTC peut être bénéfique si installé au bon endroit.

Le bitcoin n’a assez de nodes

Les nodes sont au cœur du réseau Bitcoin. Nous pourrions presque dire qu’ils SONT le bitcoin.

Vous pouvez les imaginer comme des « gardiens » s’assurant que chaque satoshi se trouve bien là où il doit être. Leur tâche principale consiste à vérifier que le protocole Bitcoin est parfaitement respecté.

Les nodes s’assurent par exemple que la récompense que s’octroient les mineurs est de 6.25 BTC par bloc, ni plus, ni moins.

Le protocole Bitcoin s’appelle « Bitcoin core ». C’est le nom du programme permettant de vérifier la « Blockchain » et de signaler à ses pairs que tout est en ordre.

Une élite de développeurs fait évoluer le code en proposant des BIP (Bitcoin Improvement proposals). Néanmoins, il appartient à chaque node de se mettre à jour, ou pas.

Vous aurez par exemple du mal à faire accepter une BIP suggérant de faire passer la limite de 21 millions de BTC à 42 millions… Le code du bitcoin a d’ailleurs plutôt tendance à « s’ossifier ». La plupart des BIP tombent en désuétude.

Bref, il n’existe pas de méthode définitive pour compter les nodes Bitcoin existants. La raison étant que de nombreux nodes vérifient les transactions sans propager leur vote au reste des nodes.

Une estimation populaire hébergée par Luke Dashjr affirme qu’il y aurait actuellement plus de 45 000 nodes. Malheureusement, la tendance est à la baisse depuis le pic de 200 000 nodes atteint en 2018. Rendez-vous ici pour apprendre à monter votre propre node. Ou ici pour l’acheter tout fait.

La plupart des BTC sont achetés via des exchanges KYC

KYC pour « Know your customer ». Un exchange « KYCisé » est un exchange qui s’assure de l’identité de ses clients. Il s’agit généralement de la pièce d’identité.

En France, les exchanges sont même obligés de demander un justificatif de domicile… On se demande pourquoi, si ce n’est décourager les plus jeunes qui, bien souvent, n’ont pas de factures à leur nom puisqu’ils louent.

Tous les grands exchanges, Binance, KuCoin, OKX, Coinbase, FTX, etc, sont « KYCisés ». Ce qui contraste avec le système d’argent pseudonyme, sans permission, P2P, sans tiers de confiance, développé par Satoshi Nakamoto.

Supprimer les tiers de confiance (les banques) est la raison d’être du Bitcoin qui ne requiert aucune information personnelle pour y participer. Chacun peut préserver sa vie privée en gardant simplement ses clés publiques anonymes.

Il suffit pour se faire de ne jamais faire interagir son wallet principal avec un service KYCisé. Préférez passer par un ATM pour acheter vos bitcoins.

De plus, les exchanges KYCisés sont forcément des « honey pot » d’informations sur leurs utilisateurs. Ledger a par exemple laissé fuiter un million d’adresses électroniques (contenant souvent nom et prénom…).

Plus récemment, Celsius s’est carrément fait hacker les montants détenus par ses clients ! C’est très dangereux puisque 90 % des BTC sont détenus en propre. Les gros clients de Celsius pourraient désormais attirer des cambrioleurs à la recherche de seeds…

Pire, des fascistes pourraient prendre le pouvoir, rendre le bitcoin illégal, et se servir des bases de données des exchanges pour arrêter tous les bitcoiners.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Le Bitcoin est une éruption d'énergie chiffrée incensurable se diffractant aux quatre coins d'un monde en ébullitions géopolitique et inflationniste. Je vous tiens au courant.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.