A
A

La rhétorique climatique anti-Mining s'écroule

sam 24 Sep 2022 ▪ 20h00 ▪ 7 min de lecture - par Nicolas Teterel

Le Mining de bitcoins sera bientôt un outil précieux dans la lutte contre le réchauffement climatique. Comment ? En éteignant les torchères de méthane.

Gaz naturel brûlant au-dessus d'une torchère

Que reproche-t-on au bitcoin ?

Il consomme beaucoup d’électricité. Le Bitcoin Mining Council estime que la sécurisation de la meilleure monnaie de réserve de l’Histoire représente 0.14 % de l’ensemble de l’énergie produite dans le monde.

Il est également vrai que 40 % de l’électricité consommée par le bitcoin provient d’énergie fossile et qu’il n’y a pas de petites économies face aux limites de la croissance et le péril climatique.

Certes, mais les choses ne sont pas figées. Les mineurs finiront tous par consommer l’énergie dont personne ne veut. Ne manquez pas notre dernier papier à ce sujet :

Nous y écrivions:

« Il est vrai que l’explosion du prix du bitcoin a rendu le mining super-profitable en 2020 ainsi qu’en 2021, et que de nouvelles machines ont été installées un peu n’importe où, sans trop se préoccuper du coût de l’électricité.

Néanmoins, faire abstraction des coûts énergétiques n’est pas un mode de fonctionnement durable pour les mineurs. La concurrence accrue et la hausse du prix de l’énergie réduira les marges et imposera d’aller chercher l’énergie dont personne ne veut. »

Par ailleurs, le bitcoin est utile. Tâchons de ne pas l’oublier… L’humanité a besoin d’un étalon autre que le pétrodollar. Le privilège exorbitant au bénéfice de l’Oncle Sam n’a que trop duré.

En outre, l’humain a de tout temps cherché à protéger son épargne des affres de l’Histoire. Et ce n’est pas près de changer…

Le Bitcoin permet à tout être humain d’économiser pour ses vieux jours sans craindre que l’inflation ne réduise à néant le labeur d’une vie. Ce privilège n’est plus réservé aux bourses assez riches pour s’offrir l’immobilier de prestige, les peintures de grands maîtres et les actions de bourse.

Mais encore une fois, tout cela aura peu de sens dans un monde à +3 °C où les récoltes seraient régulièrement dévastées à causes de canicules et sécheresses toujours plus intenses.

Alors, comment le bitcoin pourrait-il aider ?

Éteindre les torchères

Pour Daniel Batten, et contre toute intuition, le mining de bitcoins peut réduire l’effet de serre.

Ce miracle est lié au méthane brûlé en sortie des puits de pétrole faute de pouvoir l’acheminer vers la civilisation.

minig de bitcoin et torchère Sibérie

Injecter ce méthane dans un générateur d’électricité au lieu de le brûler dans des torchères réduirait les émissions « d’équivalent CO2 » de 63 %.

Précisons (car c’est important pour la suite) que le terme « équivalent CO2 » est utilisé pour rendre compte du fait que l’impact du méthane sur l’effet de serre est 84 fois plus important que celui du CO2.

Explication

Nous savons que les torchères ne brûlent que 92 % du méthane. La raison principale étant que le vent perturbe la réaction de combustion. Huit pourcents du méthane n’est donc pas brûlé en CO2. Il s’échappe dans l’atmosphère sous forme de CH4.

C’est un problème vu que l’effet de serre du méthane est 84 fois plus grave que celui du CO2. À choisir entre les deux, il vaut mieux libérer du CO2 dans l’atmosphère plutôt que du CH4.

On peut ainsi dire qu’une tonne de méthane = 84 t d’équivalent CO2 (l’impact d’une tonne de méthane sur le réchauffement est équivalent à 84 tonnes de CO2).

D. Batten a fait les calculs :

Dans une torchère, il y a donc deux sources d’émission de carbone :

  • Le dioxyde de carbone créé par la combustion de 92 % du méthane
  • Les 8 % de méthane non brûlé

Ensuite, il faut tenir compte du fait que lorsque le méthane brûle, il ne produit pas une tonne, mais 2,75 tonnes de CO2. Il y a plus de carbone dans un kg de CH4 qu’un kg de CO2, car deux atomes de CO2 pèsent davantage que quatre atomes d’hydrogène (H). D’où les 2.75 fois plus de carbone lors de la combustion.

Équivalent CO2 créé par le torchage :

  • 92 % x 2,75 tonnes = 2,53 tonnes d’équivalent CO2
  • 8 % × 84 tonnes = 6,72 tonnes d’équivalent CO2

Au total, l’équivalent CO2 total créé par le torchage est de 9,25 tonnes.

Équivalent CO2 créé si le méthane était utilisé dans un générateur d’électricité alimentant des machines de mining de bitcoin :

Les générateurs d’électricité modernes éliminent jusqu’à 99,89 % du méthane. Seulement 0.11 % du méthane s’échappe contre 8 % avec le torchage).

  • 99,89 % × 2,75 tonnes = 2,747 tonnes d’équivalent CO2
  • 0,11 % × 84 tonnes = 0,092 tonne d’équivalent CO2

Au total, l’équivalent CO2 total créé par la combustion dans un générateur d’électricité est de 2,839 tonnes.

Dit autrement, parvenir à brûler ces 8 % de méthane qui s’échappe des torchères permet une réduction de 69 % de l’effet de serre induit par les torchères !

Le Mining de BTC, une arme pour tacler le réchauffement climatique

Les lecteurs attentifs remarqueront que ce chiffre de 69 % diffère de celui annoncé plus haut. Cet écart vient du fait que le gaz naturel ne se compose pas à 100 % de méthane. Il ne contient que 80 à 95 % de méthane, le reste étant constitué d’autres particules.

Daniel Batten les a omises par soucis de simplicité. Vous retrouverez toutefois tous les calculs dans son papier pour ceux que cela intéresse. Le bon chiffre est 63 %.

En d’autres termes : « Pour chaque tonne d’équivalent CO2 produite pour le mining de bitcoins, 2,7 tonnes d’équivalent CO2 ont été évitées dans l’atmosphère. »

Daniel Batten a donc calculé combien il faudrait installer de machines sur les sites pétroliers pour éteindre les torchères et rendre l’ensemble de l’industrie du mining de bitcoins « carbone neutre » :

« Actuellement, le réseau Bitcoin utilise à 41,5 % de combustibles fossiles et génère 27 millions de tonnes d’équivalent CO2. Si bien qu’une réduction de 27/41,5 = 0,65 million de tonnes d’émissions de CO2 réduira l’empreinte carbone du réseau Bitcoin de 1 %. »

« Compenser entièrement les émissions de CO2 du réseau Bitcoin nécessite donc de brancher des machines de mining consommant 2254 MW d’électricité sur les torchères. »

2254 MW représente environ 20 % de la consommation électrique totale du réseau bitcoin. Gageons que nous atteindrons l’objectif d’ici peu si assez de mineurs migrent sur les sites pétroliers.

Bien entendu, il faudra un peu de temps pour que l’industrie du mining change d’air. Mais Daniel Batten est déjà à pied d’œuvre avec un investissement massif de 500 millions $.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Nicolas Teterel avatar
Nicolas Teterel

Journaliste rapportant sur la révolution Bitcoin. Mes papiers traitent du bitcoin à travers les prismes géopolitiques, économiques et libertaires.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !