A
A

Crypto : Bientôt une taxation des transactions en cryptos au Kenya ?

mar 22 Nov 2022 ▪ 15h00 ▪ 4 min de lecture - par Luc Jose Adjinacou

Il y a plus de 4 millions de détenteurs de cryptomonnaies au Kenya, et ceux-ci ont perdu beaucoup d’argent avec le bear market. Pour les autorités du pays, il est plus que jamais question de réglementer le secteur des cryptos. Les législateurs ont alors proposé une série de règles sur les marchés des cryptos.

Kenya, Crypto, taxes

La KRA souhaite taxer le trading de cryptos

La Kenya Revenue Authority (KRA) a décidé de se concentrer davantage sur la réglementation des cryptos. Pour ce faire, elle propose plusieurs modifications dans le projet de loi de 2022 sur les marchés de capitaux. Parmi ces dernières, il y a la taxation des transactions liées aux actifs numériques. La KRA prévoit aussi de taxer les portefeuilles de cryptos. Les modifications sont en attente d’approbation par les députés au Kenya.

La taxation prévue par la KRA est semblable à ce qui se fait avec les droits d’accise qui sont perçus sur les transactions en banque. Il faut savoir que les établissements bancaires prélèvent 20 % de droits d’accise sur chacune des commissions facturées par transaction. Ils font de même en ce qui concerne l’ensemble des frais facturés sur les transactions.

L’annonce a été largement relayée sur les réseaux sociaux

En outre, les personnes ayant fait du trading crypto une entreprise payeront l’impôt sur le revenu sur leurs gains. Le projet de loi stipule : « Lorsque la monnaie numérique est détenue pour une période n’excédant pas douze mois, les lois relatives à l’impôt sur le revenu s’appliquent, pour une période excédant douze mois, les lois relatives à l’impôt sur les gains en capital s’appliquent ».

Si les modifications reçoivent l’approbation des députés, les détenteurs de cryptos au Kenya verseront des gains en capital à la KRA. Les paiements seront effectués chaque fois que les investisseurs utiliseront une cryptomonnaie dans une transaction.

Fournir des informations spécifiques à des fins fiscales

Le projet de loi stipule que les détenteurs et les traders de cryptos devront fournir certains types d’informations aux autorités. C’est la Capital Markets Authority (CMA) qui recevra ces données et qui les utilisera à des fins fiscales.

Les informations à fournir portent sur le montant de la cryptomonnaie en shillings kényans. Elles concernent également le type de l’actif numérique concerné ainsi que les dates d’acquisition et de vente de ce dernier.

Il y a pratiquement six mois, les États-Unis ont publié un rapport indiquant que la majorité de la population du Kenya détient des cryptomonnaies. Le document a précisé que le pays a une importante exposition à l’effondrement des marchés cryptos. À présent, le gouvernement kényan veut réglementer le secteur pour protéger les investisseurs.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Luc Jose Adjinacou avatar
Luc Jose Adjinacou

Loin d’avoir refroidi mes ardeurs, un investissement infructueux en 2017 sur une cryptomonnaie n’a fait qu’accroitre mon enthousiasme. Je me suis dès lors résolu à étudier et comprendre la blockchain et ses nombreux usages et à relayer avec ma plume de l’information relative à cet écosystème.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !