la crypto pour tous
A
A

Crypto : Voici pourquoi Prague est devenue meilleure élève Bitcoin (BTC) en Europe

lun 07 Août 2023 ▪ 5 min de lecture ▪ par Mikaia A.
Paiement

Tout a commencé en 2007. Au cours de cette année, la République tchèque a en effet connu l’une de ses plus récentes révolutions. Il a fallu prendre des risques pour y arriver : pirater un émetteur et diffuser depuis les montagnes des Krkonose une simulation d’explosion de bombe nucléaire. Depuis, Prague n’a cessé d’évoluer avec un esprit engagé pour la vie privée, la liberté et l’auto souveraineté. Et cela a poussé le pays vers le Web3 et le bitcoin émancipateurs.

Drapeau de la République tchèque, logo de Bitcoin et portrait de Josef Tetek

Prague, bitcoin et quête de liberté

Qui aurait cru que la manifestation de 80 000 étudiants à travers les rues de Prague allait bousculer l’effondrement du régime totalitaire tchécoslovaque en novembre 1989. Depuis la révolution de Vélours, couplée à la chute du mur de Berlin, la République tchèque n’a pu contenir les initiatives d’émancipation de sa population.

Actuellement, les jeunes ne nourrissent plus l’idée de pirater la TV tchèque pour y diffuser une explosion atomique en direct. Ils décident d’embrasser le bitcoin, ainsi que les technologies connexes. N’avait-on pas organisé l’une des plus grandes conférences européennes du BTC à Prague en juin dernier ?

S’inspirer du modèle autrichien, ça a toujours aidé Prague

« NOUVEAU : Josef Tětek, analyste Bitcoin chez Trezor, s’est entretenu avec CNBC sur le développement du Bitcoin à Prague.

‘L’école autrichienne est très compatible avec l’adoption du Bitcoin’, a-t-il déclaré. ‘Un aspect central est l’appel à la séparation de la monnaie et de l’État’. »

L’homme à l’origine de ces propos n’est pas étranger au contexte économique autrichien. D’abord bitcoiner, Joseph Tetek a contribué à la création de l’Institut Ludwig von Mises tchèque et slovaque en 2010. Également, il a écrit plusieurs livres sur le bitcoin et la liberté.

« Josef est convaincu que le bitcoin est la prochaine étape de l’évolution monétaire de l’humanité. Sa passion est l’éducation au bitcoin, à la fois en tant qu’enseignant et en tant qu’étudiant », peut-on lire sur le site de BTC Prague.

Pas étonnant que Prague abrite un monde parallèle du nom de Paralelní Polis où squatte le collectif d’artistes Ztohoven. Ce groupe pro-crypto n’hésite pas à y accueillir des acteurs du Web3 de toutes sortes : des défenseurs des droits numériques, des idéologues profondément attachés aux cryptomonnaies ou encore des « cypherpunks obsédés par la vie privée ».

Mais nous noterons également l’existence d’autres sites propices à l’organisation d’évènement web3. Pour ne citer que le complexe de château accueillant chaque année le « Non-Fungible Castle ».

Aperçu de l’édition 2022 du Nun-Fungible Castle

L’Autriche comme modèle

L’attachement de Prague au bitcoin et au Web3 viendrait d’un apprentissage du modèle économique autrichien, souligne CNBC. Depuis le 19e siècle, la République tchèque s’était inspiré du libéralisme économique classique, un héritage par Carl Menger et Friedrich Hayek.

Pour ces deux visionnaires, « deux individus indépendants agissant dans leur meilleur intérêt économique constituent le meilleur moyen de gérer une société et de créer une économie prospère, plutôt qu’un contrôle centralisé ou la main lourde et intervenante de l’État ».

En ce moment, la République tchèque n’est plus entre les mains de tyrans communistes ou nazis. Mais les Tchèques n’écartent pas l’idée que leurs dirigeants actuels embrasseraient l’idée de contrôler le flux d’informations.

Rien qu’en développant une CBDC, ils arriveront sans le moindre doute à étancher leur soif de totalitarisme.

Mieux informé sur la situation tchèque, Josef Tětek apporte des précisions : 

« Les Tchèques sont naturellement sceptiques à l’égard de l’autorité, ce qui s’explique par la dureté du 20e siècle au cours duquel ils ont connu la monarchie, l’occupation nazie et le régime communiste. […] Le fait que la République tchèque n’ait jamais adopté l’euro, bien qu’elle soit membre de l’Union européenne depuis 2004, est un excellent exemple de ce scepticisme. »

D’où l’intérêt croissant des crypto-enthousiastes pour Prague. L’édition 2023 de BTC Prague a d’ailleurs connu un succès historique. En effet, le rendez-vous a vu la participation de nombreuses entreprises comme Bitmain, Trezor, Blockstream, Braiins, Cointribune, ainsi que le très célèbre acheteur de bitcoins Michael Saylor.

Les organisateurs de BTC Prague ont recensé environ 10 000 participants à l’occasion.

Parallèlement à cela, les pro-bitcoin tchèques ne manquent pas de développer des concepts innovants. Citons entre autres le biohacking (pratique favorable à l’avènement d’une nouvelle race de surhommes à l’aide des technologies) ou encore l’Institut de cryptoanarchie.

Ainsi positionnés, les Tchèques n’auront pas besoin d’accepter aussi facilement l’e-Euro tant prôné par les banques centrales de l’UE.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Mikaia A. avatar
Mikaia A.

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.