A
A

Prague, capitale européenne du Bitcoin

mar 13 Juin 2023 ▪ 7 min de lecture ▪ par Nicolas T.
S'informer Event

Sans crier gare, la République tchèque est désormais hôte la plus grande conférence Bitcoin européenne. Cointribune y était et voici quelques moment forts.

Bitcoin BTCPRAGUE

Bitmain, Trezor, Wasabi, Samourai, Braiins, ils étaient tous là

Alors que la conférence Bitcoin de Miami a vu le nombre de participants diminuer de moitié, les frères tchèques Matyáš et Martin Kuchař ont réussi le pari d’organiser la plus grande conférence européenne.

Sans conteste, la présence de nombreux acteurs de l’industrie a rendu l’événement spécial. D’autant plus que le ticket permettant de tous les rencontrer (hors conférence) ne coûtait quasiment rien.

Parmi la petite centaine de sociétés présentes, il y avait des sociétés notamment SatoshiLabs, Blockstream, Bitmain, Trezor, Braiins, les wallets Wasabi et Samourai, Tropic Square, mempool, ou encore Bitmain.

Également présents en nombre, les sociétés spécialisées dans la réutilisation de la chaleur produite par les ASIC. Migodi, Energy21 ou encore les polonais de DCX.

On notera aussi la présence de nombreuses sociétés focalisées sur conservation de sa seed comme seedor, Bitbox, Stamp seed, Tiny seed qui ont certainement aidé plus d’un non initié à se familiariser avec ce qu’est une seed.

Ledger fut de nouveau la cible des quolibets gentillets à cause de son service « recover » :

Retrouvez la liste complète des participants sur le site de Btcprague. Cet événement fut sans conteste une opportunité en or pour rencontrer la crème des sociétés qui battissent sur Bitcoin.

Michael Saylor

La star de la conférence fut bien évidemment Gigachad. Chaque siège était occupé dans la salle pour ses deux prises de parole. Parmi les punchlines du CEO de Microstrategy, je retiendrai :

« Aucun pays ne peut arrêter l’inflation. Personne ne peut arrêter l’inflation. Je peux vous mettre à la tête du monde, vous ne pourriez pas arrêter l’inflation ».

« Une guerre économique sans fin fait rage dans le monde entier. Elle fait rage depuis la nuit des temps. Cette guerre porte sur la redistribution de l’ÉNERGIE économique, que nous appelons « richesse ».

Deux déclarations très intéressantes aux yeux de votre serviteur qui pense intimement que la difficulté grandissante à extraire la reine des énergies – le pétrole – réduit la productivité, ce qui nous oblige à boucher les trous en faisant plus de dette dans une fuite en avant hyperinflationniste. Deux articles sur le sujet : « Pourquoi tant d’inflation », « Pourquoi tant de dette ».

Autre déclaration très intéressante :

« Sur un an, 85 % des performances de l’indice S&P500 se produisent au cours d’une seule journée. Et 100 % en seulement 36 heures. […] Trader est le signe d’une infériorité intellectuelle. »

Dit autrement, just hodl !

Privacy Bitcoin et ordinals

BTCPrague mettra en ligne toutes les prises de parole sur sa chaîne Youtube. En attendant, voici quelques moments forts.

Je retiendrai celle de Max Hillebrand, CEO de zkSNACKs, la société qui sponsorise le développement de Wasabi Wallet et plusieurs projets comme BtcPay, Cold Card ou encore Bisq. Max a présenté le CoinJoin du wallet Wasabi désormais intégré dans le cold wallet Trezor.

Nous en parlions dans ces articles :

Les CoinJoins sont simplement des transactions permettant de brouiller les pistes du fait qu’elles comportent un très grand nombre de participants. Et comme l’a déclaré Max Hillebrand, grâce aux coinjoins, « le Bitcoin est désormais p… de parfait » :

Le développeur Giacomo a également fait sensation en pulvérisant les « ordinals » au cours d’une présentation très jouasse. Ordinal est un nouveau mot popularisé pour décrire des JPEG soi-disant « reliés » à des satoshis « uniques » via des « inscriptions ». Un genre de NFT qui serait immanent au Bitcoin.

Le problème étant que ces Jpegs font inutilement grossir l’espace disque nécessaire pour faire tourner son propre node. Sans parler de l’augmentation des frais de transaction ou encore du fait que les gens de BSV (Faketoshi) soient derrière cette mode…

Au-delà de ces défauts déjà bien connus, Giacomo a démonté de nombreux arguments et passé en revue beaucoup de détails techniques. À voir absolument lorsque la vidéo sera en ligne.

Notre article sur les ordinals : Ordinals, amélioration ou attaque ?

Lea Petras, CEO de la nouvelle application Vexl a également attiré le chaland. Son application No KYC permet d’acheter des bitcoins en P2P. C’était LA nouveauté dévoilée à Prague. Complètement gratuite, Vexl permet d’échanger des bitcoins avec ses amis et les amis de ses amis, le tout chiffré et sans aucune collecte de données personnelles. Rendez-vous sur le site de VEXL pour la télécharger.

« Quelle journée !!! Vexl est mondial ! Bitcoin P2P tel qu’il a été conçu ! !! Vexl est gratuit pour toujours ! Not your keys, not your bitcoin, pas de KYC. Peer-to-peer. Il s’agit simplement de vous connecter à d’autres personnes qui souhaitent acheter et vendre des bitcoins en toute discrétion ! »

Les anciens étaient là

Le CEO de Blockstream Adam Back est monté sur scène pour parler de mining avec le CEO de Braiins Jan Čapek et la présidente des ventes chez Bitmain. On se rappellera du malaise déclenché par cette dernière qui ne savait pas ce qu’est un processus de gravure (5 nm, 3 nm, etc) d’ASIC…

Imperturbable, vissé dans son siège et regardant fixement une armée de bitcoiners, Adam Back est revenu sur toutes les opportunités qu’offrent le mining de bitcoin. Et notamment pour les énergéticiens qui ne manquent pas d’excédents.

Le core dev Peter Todd a lui parlé des vecteurs d’attaque contre le Bitcoin et expliqué pourquoi il faut faire tourner son propre nœud. On retiendra cette déclaration : « Si vous êtes un bitcoiner, mais que vous payez par carte et non pas en cash, je ne vous respecte pas ».

D’autres vieux briscards comme le CEO de SatoshiLabs (principal sponsor de la conférence) Pavol Rusnak ont également pris la parole pour parler de l’ethos de l’open source et des hardware wallets.

Trezor travaille dur sur un « secure element » qui évitera les attaques physiques visant à récupérer la seed. D’après Pavol Rusnal, ce Secure Element sera « prêt d’ici quelques mois ou quelques années » grâce aux efforts de Tropic Square, une société fille de SatoshiLabs.

Bref, nous avons assisté à ce qui est d’ores et déjà la plus grande conférence Bitcoin d’Europe. Avec BTCPrague, SatoshiLabs, Brains, Trezor, Wasabi, Bitcoinmat (ATM), la république tchèque est sans conteste le pays le plus orange d’Europe.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.