A
A

Emmanuel Macron, prophète de la cryptographie post-quantique

lun 05 Déc 2022 ▪ 7h00 ▪ 6 min de lecture - par Martin

Emmanuel Macron est dans la matrice. Le chef de l’État a annoncé sur Twitter l’envoi du premier message diplomatique utilisant la cryptographie post-quantique. Une manière d’inscrire la France dans le futur de l’informatique et des communications chiffrées.

Cryptographie : Emmanuel Macron veut mener la France sur le chemin de la cryptographie post-quantique

La cryptographie quantique, c’est quoi au juste ?

Alors que l’informatique quantique est encore à ses balbutiements, voilà qu’un chef d’État évoque d’ores et déjà le post-quantique. Mais pour parler du post-quantique, encore faut-il savoir ce qu’est le quantique (tout court). Concrètement, un calcul quantique utilise les propriétés de la mécanique quantique théorisée par Albert Einstein. En 2019, des chercheurs sont ainsi parvenus à interchanger l’état énergétique entre deux microprocesseurs : un phénomène qui s’apparente à une sorte de « téléportation ». C’est donc un changement complet de paradigme qui permettrait une énorme accélération de la vitesse de calcul. En France, Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod ont popularisé le concept, notamment avec leur livre Le cantique des quantiques sorti en 2007.

Cette nouvelle conception de l’informatique promet des calculs jusqu’à 2000 fois plus rapides que nos ordinateurs d’aujourd’hui. Avec une telle puissance, les mots de passes, le chiffrement en général seraient complètement obsolètes. La cryptographie de demain devra donc elle-même utiliser l’informatique quantique pour contrer ces nouvelles menaces.

La cryptographie selon Emmanuel Macron : un imaginaire à la Matrix.

La France anticipe déjà le futur

L’annonce a été faite en grande pompe. Le 1er décembre 2022, l’ambassade de France aux États-Unis a envoyé à Paris son premier message diplomatique chiffré grâce à la cryptographie post-quantique. Objectif : résister aux facultés de décryptage d’un ordinateur quantique.

Pour sa communication, le président français fait référence à l’univers de Matrix. Afin d’illustrer cette technologie prometteuse, il partage sur Twitter un GIF de la célèbre cascade de code informatique. Emmanuel Macron a ainsi l’habitude de manier les codes de la pop culture en se servant des réseaux sociaux. Il le fait cette fois pour aborder un sujet certes « très technique », mais qui pourrait bien faire partie de notre quotidien d’ici peu de temps.

Un peu comme cette lessive qui lave « plus blanc que blanc », le post-quantique promet en effet d’être encore plus puissant que l’informatique quantique. Et cet horizon pourrait très rapidement se concrétiser. D’après la physicienne Maud Vinet, il faudrait à peine 10 ans pour voir le déploiement intensif de l’informatique quantique. Cette technologie de rupture pourrait alors changer la face du monde : « Un ordinateur quantique sera bientôt en capacité de casser les algorithmes de cryptographie utilisés aujourd’hui : il est donc indispensable de développer et de maîtriser les technologies de cryptage permettant de protéger, à l’avenir, les communications sensibles. » peut-on lire dans le communiqué officiel du gouvernement.

Toujours selon le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, la cryptographie du futur est donc un enjeu de souveraineté nationale. À ce titre, un budget important a d’ailleurs été voté pour doter la France d’un « plan quantique » : « Le plan quantique français bénéficie d’1,8 milliard d’euros de France 2030. Il comporte un volet de 150 millions d’euros destiné à concevoir des méthodes cryptographiques résistant à l’ordinateur quantique. ».

Les cryptos et la cryptographie, quelle relation ?

Les cryptomonnaies sont une manière particulière de faire de la cryptographie : elles reposent sur cette discipline à l’histoire agitée. Les cryptomonnaies sont un cas d’usage plutôt restreint au regard de ses autres utilisations, notamment pour les communications militaires, mais aussi civiles. Par exemple, Whatsapp, Signal, et beaucoup d’autres messageries instantanées utilisent la cryptographie pour leur chiffrement.
Au fond, les cryptomonnaies ne sont rien d’autres que de l’information, à laquelle on attribue de la valeur. L’attribution d’une valeur équivalente en dollar ou en euro à une cryptomonnaie est en effet extérieure à la cryptographie en elle-même. Dans le cas du protocole Bitcoin, la valeur d’un bloc est attribué par ses coûts de fonctionnement, mais également par l’existence d’un marché spéculatif (ce qui explique en partie sa volatilité). En effet, du fait de sa structuration en blockchain, il utilise la preuve de travail (proof of work), ce qui nécessite une dépense d’énergie.

La cryptographie post-quantique utilise une nouvelle génération de processeur, nerf de la guerre pour l'émergence de l'informatique du futur.
Un processeur, nerf de la guerre pour l’émergence de l’informatique et de la cryptographie post-quantique.

L’éternelle menace de l’informatique quantique pour les cryptomonnaies

Les cryptomonnaies sont directement concernées par l’informatique quantique et post-quantique. La menace quantique est d’ailleurs une vieille rengaine pour les cryptomonnaies. Depuis plusieurs années déjà, la peur de cette innovation potentielle plane sur le marché des cryptos. Il est vrai que les perspectives d’évolutions technologiques pourraient remettre en question le fonctionnement de la blockchain. En effet, en théorie, il suffirait d’une puissance de calcul brute suffisamment importante pour hacker la blockchain Bitcoin.

De là à rendre obsolète Bitcoin ? Pas si sûr. Car en réalité, les ordinateurs, les technologies de calculs et tout ce qui en découle (processeurs, puissance de calcul) évoluent ensemble. Les innovations en matière de cybersécurité apparaissent en même temps que de nouvelles attaques sont imaginées. Bitcoin pourrait ainsi résister aux ordinateurs de demain, en principe. Reste à savoir si son protocole sera suffisamment flexible pour s’adapter à ces enjeux futurs.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Martin avatar
Martin

Fasciné par l'histoire du Bitcoin et le mouvement cypherpunk, je pense que les citoyens doivent réinvestir le champ de la monnaie. Mon but ? Démocratiser et rendre visible le potentiel de la blockchain et des cryptomonnaies.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !