la crypto pour tous
A
A

Les ordinateurs quantiques constitueraient-ils une menace pour le réseau Bitcoin (BTC) ?

sam 09 Juil 2022 ▪ 4 min de lecture ▪ par Luc Jose A.

Les propriétés de la physique quantique sont aujourd’hui utilisées pour développer des ordinateurs plus puissants. D’aucuns pensent qu’à mesure que les ordinateurs quantiques deviendront plus sophistiqués, ils pourraient être utilisés par les hackers pour hacker les blockchains comme le bitcoin (BTC) et voler des fonds.

Pirates, DFX Finance, Crypto

Les ordinateurs quantiques et leurs capacités de calculs supérieures à la moyenne

Le 7 juillet, le compte Blockchaineur a posté une série de tweets sur la façon dont les ordinateurs quantiques pourraient représenter une menace pour le réseau Bitcoin (BTC). Il se trouve que l’informatique quantique a permis de fabriquer des ordinateurs dont les capacités de calculs sont nettement supérieures à celles des ordinateurs classiques. Les analystes craignent que la technologie de ces ordinateurs ne finisse par dominer les mécanismes associés aux cryptomonnaies tels que le Proof-of-Work (PoW), notamment en ce qui concerne le réseau Bitcoin (BTC).

En effet, il apparaît qu’un hacker peut réussir à pirater le réseau Bitcoin (BTC) en quelques heures en utilisant un calculateur quantique. Ce dernier semble efficace pour déchiffrer les informations de la blockchain, retrouver sa clé privée, corrompre les blocs et voler les fonds. Des études scientifiques ont révélé que le réseau Bitcoin (BTC) peut être déchiffré en une heure avec environ 300 millions de qubits (l’unité de base d’un ordinateur quantique).

Parallèlement, il a été démontré que les ordinateurs quantiques qui sont développés actuellement ne pourraient pas excéder 100 000 qubits après 2026. Cependant, des entreprises pourraient entre temps réussir à dépasser cette valeur. Des informaticiens soutiennent que la blockchain Bitcoin (BTC) restera protégée pendant environ une décennie au vu de la quantité de qubits nécessaire pour réussir à la pirater.

Ils ont expliqué qu’il faudrait attendre jusqu’en 2028 pour que les ordinateurs quantiques soient suffisamment performants pour rivaliser avec la technologie actuelle des puces ASIC (utilisées pour le mining de BTC). À ce moment-là, ils pourraient être en mesure de procéder à une attaque des 51 % contre le réseau Bitcoin (BTC). En attendant, il y a de fortes chances pour que les puces ASIC deviennent encore plus sophistiquées, donc plus résistantes à une telle attaque.

Le réseau Bitcoin pourrait utiliser l’informatique quantique pour renforcer son niveau de sécurité

En théorie, il existe différentes technologies d’ordinateurs quantiques capables de rivaliser avec le réseau Bitcoin en termes de puissance. Mais, en pratique, la mise à l’échelle de ces technologies est difficile. Dans le même temps, le réseau Bitcoin dispose d’un moyen de se protéger si cette mise à l’échelle était atteinte.

En effet, la blockchain pourrait utiliser une méthode de chiffrement basée sur l’informatique quantique pour provoquer un soft fork. Toutefois, il sera difficile de mettre à l’échelle ce soft fork, car cela requiert l’accord de la vaste communauté Bitcoin (BTC).

En outre, au cours du mois d’avril, Erik Aronesty, développeur Bitcoin Core new-yorkais, a déclaré que le réseau pourrait faire face au risque quantique en implémentant une nouvelle méthode de génération de clés publiques. Ces dernières seront générées à partir des algorithmes quantiques.

Il y a beaucoup de spéculations sur les ordinateurs quantiques et leur capacité à compromettre la sécurité d’un réseau comme Bitcoin. Mais, pour l’instant, rien n’est certain, et Bitcoin reste protégé contre les éventuelles attaques.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d'une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j'ai rejoint l'aventure Cointribune en 2019. Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l'économie, j'ai pris l'engagement de sensibiliser et d'informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu'elle offre. Je m'efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l'actualité, de décrypter les tendances du marché, de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.