A
A

ENS, IPFS, Unstoppable Domains : Publier du contenu Web décentralisé

dim 22 Jan 2023 ▪ 9h00 ▪ 7 min de lecture - par Claude Bernardini

Les technologies blockchain, on le sait, ont pour principe de se passer de tiers de confiance. Nous allons voir ici comment en tirer parti afin de disposer de noms de domaines et de contenu web entièrement décentralisés.

Le logo de Unstoppable Domains

Par nature, les sites web sont toujours hébergés sur des serveurs centralisés. De même pour les noms de domaines utilisés pour y accéder. Pour cela, les hébergeurs et registraires réclament un KYC en bonne et due forme, ainsi qu’un abonnement régulier pour garantir la disponibilité des informations web publiées. Cela peut poser plusieurs problèmes :

  • Exposition à de possibles défaillances des tiers ;
  • En cas de non-paiement de l’abonnement, les noms de domaines et les services hébergés sont supprimés. Ce qui induit une dépendance pour pérenniser l’accès à des informations durables. Notamment en cas de décès dans le cas de personnes physiques ;
  • Les noms de domaines et les contenus web peuvent être soumis à la censure.

Si l’on veut pouvoir publier sur internet des informations de manière inaltérable, sans limite dans le temps, sans KYC et résistantes à la censure, alors le recours à des services d’hébergement et de noms de domaines décentralisés est de mise.

Le stockage de fichiers décentralisé avec IPFS

Première étape : disposer d’un moyen de stockage distribué et résilient. IPFS (InterPlanetary File System) est un parfait candidat pour cela. Cette technologie se veut être une alternative aux protocoles de stockage tels que HTTP et FTP, qui sont centralisés et basés sur des adresses IP uniques.


IPFS est basé sur le principe du peer-to-peer. Il utilise un réseau de nœuds pour stocker et accéder aux fichiers. Chacun d’eux peut contenir des morceaux de fichiers et des informations sur leur localisation sur d’autres nœuds. Lorsqu’un utilisateur souhaite accéder à un fichier, IPFS envoie une requête à un nœud. Il agit comme un annuaire pour localiser les morceaux de fichiers sur les différents nœuds. Les fragments sont ensuite récupérés et assemblés pour reconstituer le fichier original. IPFS utilise également un système de hachage pour identifier les fichiers de manière unique. Cela permet un référencement fiable même si les fichiers sont stockés sur des nœuds différents ou si leur emplacement change au fil du temps.


Il faut installer un client IPFS sur votre ordinateur ou utiliser un service IPFS dans le cloud. Le navigateur Brave est également compatible IPFS. Cela permettra d’ajouter des documents, de faire des recherches et de télécharger des fichiers. Attention, si vous souhaitez utiliser IPFS pour proposer des contenus de type web, il faut garder à l’esprit que son architecture n’est pas spécialement adaptée aux principes de navigation hyper-texte avec moult librairies javascript à télécharger. Il est préférable de proposer des documents de types pdf ou bien des pages HTML relativement simples. Ces dernières pourront être conçues avec des outils permettant l’inclusion des images directement dans le code HTML (sans lien externe donc), comme LibreOffice par exemple.

L’alternative Filecoin

Une autre possibilité est de passer par Filecoin. C’est un projet de stockage de fichiers décentralisé qui utilise une blockchain spécifique liée à la technologie IPFS. Ceci pour créer un marché d’achat et la vente de stockage de fichiers. Filecoin permet de louer de l’espace de stockage inutilisé à d’autres utilisateurs qui ont des besoins de stockage. Les transactions sont effectuées en utilisant la crypto-monnaie Filecoin (FIL), qui sert à payer les fournisseurs pour l’utilisation de leur espace de stockage.

Les noms de domaines Ethereum

Une fois notre document stocké de manière décentralisée sur IPFS, il faut pouvoir disposer d’un moyen simple d’y accéder. Car les identifiants de hachage de IPFS ne sont pas spécialement pratiques… L’idéal serait d’associer le contenu IPFS à un nom de domaine. La blockchain Ethereum (ETH) propose diverses solutions pour cela. Les DNS décentralisés utilisent des contrats intelligents et des jetons ERC-721 (jetons non fongibles) pour gérer les enregistrements de domaine au lieu de passer par un registre centralisé. Il n’y a donc pas de point unique de défaillance, ce qui les rend plus résistants. De plus, cela permet de gérer ses propres domaines de manière totalement autonome et anonyme.

Ethereum Name Services

Dans la pratique, la première possibilité est d’utiliser ENS (Ethereum Name Services). Il permet de créer des noms de domaine qui peuvent être utilisés pour accéder principalement à des contrats intelligents ou à des adresses Ethereum. Il propose des extensions spécifiques telles que « .eth ». ENS est surtout utilisé par plusieurs projets décentralisés pour faciliter l’accès à leurs dApps. Cependant, le fait qu’il faille renouveler régulièrement son abonnement en réduit son intérêt.

Unstoppable Domains

Une alternative plus intéressante serait plutôt le service Unstoppable Domains. À l’origine sur Ethereum, le service est ensuite passé sur la sidechain Polygon afin de bénéficier de frais de gaz plus réduits. Il est compatible avec des navigateurs web comme Opera et Brave. Cela permet ainsi de naviguer sur des sites web décentralisés directement depuis le navigateur. Les noms de domaines acquis peuvent également avoir d’autres applications, selon les explications données sur le site :

  • Simplifier les transactions cryptos en remplaçant les adresses de portefeuille compliquées par un nom de domaine comme nom d’utilisateur ;
  • Utiliser le domaine pour recevoir plus de 275 cryptos sur plusieurs réseaux blockchain ;
  • Se connecter à des applications avec le nom de domaine en tant que nom d’utilisateur universel Web3 ;
  • Héberger des sites Web personnels ou des galeries NFT.
Unstoppable Domains

Diverses extensions sont disponibles (.crypto, .nft, .x, .wallet, .bitcoin, .dao, .888, .zil, .blockchain). Elles sont payables en cryptomonnaies (Ethereum, DAI ERC-20, USDC ERC-20, Bitcoin, Bitcoin Cash, Litecoin) ou en moyens de paiement plus traditionnels. Point particulièrement intéressant : aucun renouvellement n’est nécessaire : le nom de domaine acquis est enregistré de manière indélébile dans la blockchain et reste disponible sans limitation dans le temps. Pour permettre l’accès à un contenu web, il suffira de faire pointer le nom de domaine vers l’adresse IPFS du document souhaité.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Claude Bernardini avatar
Claude Bernardini

Entrepreneur en informatique et résident en terres africaines depuis une quinzaine d'années. Dans ce monde incertain et vacillant, je considère le bitcoin et les cryptos comme l'une des meilleures opportunités face aux défis qui nous attendent.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !