la crypto pour tous
A
A

Faut-il fuir de Binance ?

lun 08 Mai 2023 ▪ 16 min de lecture ▪ par Satosh
S'informer Investissement

En 2017, un exchange offshore a fait irruption sur la scène crypto. Se hissant rapidement au rang d’acteur incontournable au sein de l’industrie crypto, Binance montre pourtant aujourd’hui des signes de faiblesses. Certains éléments douteux liés à la centralisation du BNB et les actions récentes en justice intentées par la CFTC pourraient bien conduire à l’effondrement du colosse aux pieds d’argiles. Alors faut-il prendre la poudre d’escampette pour éviter un scénario à la FTX ?

CZ tenant un drapeau de Binance, au bord d'une falaise

Binance : une ICO très lucrative

L’origine de la prospérité de Binance remonte à 2017, au milieu du boom des Initial Coin Offering (ICO). Les ICO ont été célébrées comme une nouvelle méthode de collecte de fonds qui permettait aux projets de lever des capitaux en émettant et en vendant leurs propres jetons aux investisseurs.

Avec le recul, les ICO sont aujourd’hui synonymes de fraude, car la majorité d’entre elles se sont avérées n’être rien de plus que des escroqueries flagrantes.

La légende veut que CZ ait entendu parler des ICO pour la première fois durant l’été 2017. Voyant là une occasion facile de lever des fonds pour son exchange, il s’est empressé de lancer son propre jeton, qu’il a baptisé BNB. En trois jours à peine, le livre blanc de BNB a été rédigé. Neuf jours plus tard, l’ICO de BNB débutait. En l’espace d’une semaine, CZ a levé sans difficulté 15 millions de dollars.

Binance a émis au total 200 millions de tokens BNB. Comme pour la plupart des ICO de l’époque, l’équipe fondatrice a reçu 40 % des tokens pour les développements futurs et les efforts de marketing.

Le BNB : une “security” ?

Dans le livre blanc, il est indiqué que l’objectif de la levée de fonds est de financer les investissements de la société pour qu’elle devienne un exchange crypto de classe mondiale. Les investisseurs des jetons BNB les ont achetés en anticipant qu’ils prendraient de la valeur au fur et à mesure que Binance se développerait, et en raison de la tokenomics autour du jeton lui-même.

  • Les détenteurs de jetons BNB ont bénéficié d’une réduction sur les frais de la plateforme.
  • Chaque trimestre, Binance utilisait 20 % de ses bénéfices pour racheter des BNB et les brûler, réduisant ainsi l’offre de jetons.
  • Les BNB seraient utilisés pour payer les frais de la future plateforme décentralisée de Binance, la Binance Chain, une fois qu’elle serait construite.

Lorsque Binance a émis des BNB, des régulateurs ont commencé à se poser des questions, car pour de nombreux acteurs du marché, cela ressemblait beaucoup à une valeur mobilière telle que définie par le test de Howey.

Test de Howey, LeewayHertz

Le test de Howey est utilisé pour déterminer si un produit financier peut être considéré comme un contrat d’investissement et donc comme une valeur mobilière en vertu des lois fédérales sur le sujet.

Le BNB face au test de Howey

Ces réglementations imposent des obligations d’enregistrement et de divulgation auprès de la SEC. Malgré la ressemblance frappante du BNB avec une valeur mobilière, Binance s’est abstenue de prendre l’une ou l’autre de ces mesures nécessaires. Au lieu de cela, elle a procédé à l’émission du jeton et s’est lancée dans la course sans se soucier du régulateur.

Lorsqu’on a demandé à CZ, lors d’un podcast en 2018, si le BNB était une valeur mobilière, voici ce qu’il a répondu.

“Non. En fait, il ne s’agit pas d’un token d’entreprise. Pour l’instant, le token vit sur la blockchain Ethereum, mais très bientôt, nous aurons notre propre blockchain qui est également une plateforme décentralisée. Nous sommes les émetteurs. Les gens l’ont acheté et le token s’est diffusé. Nous en détenons un grand nombre, mais nous ne pourrons plus l’émettre. Nous n’avons donc plus beaucoup de contrôle sur le jeton. Ce que nous pourrions contrôler, puisque nous sommes les très gros détenteurs du token, c’est que nous sommes financièrement incités à augmenter la valeur de la pièce. Nous sommes très encouragés à le faire. Nous ne promettons pas de rendement. Mais nous travaillons dur pour augmenter la valeur du BNB ». CZ

Les mensonges de CZ au sujet du BNB

Cette déclaration de CZ est quasiment mensongère. Le fondateur de Binance y explique que même si Binance a émis les jetons, il ne s’agit pas d’un jeton d’entreprise car celui-ci « vit sur la blockchain qui est également décentralisée ». Il poursuit en disant qu’étant donné la distribution des jetons, Binance n’a aucun contrôle.

CZ

Il est donc probable que Binance ait été financé par l’émission d’un titre non enregistré (BNB), mais envisageons la possibilité que CZ ait raison. Supposons que l’existence de la BNB sur une blockchain décentralisée et sa distribution parmi les détenteurs la rendent incontrôlable. Mais est-ce vraiment exact ?

La blockchain très centralisée de Binance

Initialement, Binance a émis le BNB en tant que jeton ERC-20 sur la blockchain Ethereum. Cependant, en 2019, Binance a lancé sa propre blockchain rivale, baptisée Binance Chain. Selon Binance, la principale motivation pour lancer sa propre blockchain était de créer une blockchain spécialement conçue pour la vitesse et la scalabilité. Ethereum est tristement célèbre pour sa lenteur et sa congestion pendant les périodes de fort volume. Binance voulait y remédier. Le problème est qu’il existe des compromis inhérents à la conception d’une blockchain. C’est ce que l’on appelle communément le « trilemme de la blockchain ».

Cependant, en 2019, Binance a lancé sa propre blockchain rivale, baptisée Binance Chain. Selon Binance, la principale motivation pour lancer sa propre blockchain était de créer une blockchain spécialement conçue pour la vitesse et la scalabilité. Ethereum est tristement célèbre pour sa lenteur et sa congestion pendant les périodes de fort volume. Binance voulait y remédier. Le problème est qu’il existe des compromis inhérents à la conception d’une blockchain. C’est ce que l’on appelle communément le « trilemme de la blockchain ».

Fonctionnement de la Binance Chain, Messari

Binance a le contrôle

Dans le cas de Binance Chain, Binance a clairement cherché à construire une blockchain scalable et, ce faisant, a sacrifié la décentralisation et la sécurité. L’objectif déclaré de Binance était de décentraliser progressivement Binance Chain au fur et à mesure que de nouveaux validateurs rejoignaient le réseau et que l’écosystème se développait. La forte centralisation initiale devait être temporaire pendant la phase de lancement du produit.

En septembre 2020, le BNB, désormais principalement sur la Binance Chain, a alimenté le lancement de la Binance Smart Chain (BSC), et la Binance Chain a été rebaptisée Beacon Chain. La Beacon Chain est utilisée pour les plateformes de gouvernance et de prise de décision, et la BSC est utilisée pour les fonctionnalités des contrats intelligents et la création d’applications décentralisées. En février 2022, les deux chaînes se sont réunies pour former la BNB Chain, qui se compose de la BNB Beacon Chain et de la BNB Smart Chain.

Le Proof of Staked Authority (PoSA)

Tout d’abord, la BNB Chain utilise un mécanisme de consensus appelé Proof of Staked Authority (PoSA) pour la validation des transactions et la gouvernance du réseau.

Dans ce système, un validateur doit se soumettre à un processus strict de vérification par Binance avant d’être autorisé à valider des transactions et à générer de nouveaux blocs. Une fois approuvés, les utilisateurs peuvent déléguer leurs jetons BNB à ces validateurs, qui partagent ensuite les récompenses des blocs.

Dans les protocoles Proof-of-Stake, les utilisateurs peuvent miser leurs jetons et devenir des validateurs, influençant ainsi la gouvernance du protocole. Mais avec le mécanisme de consensus de Binance, c’est une société centralisée, Binance, qui autorise les validateurs. Il faut donc obtenir l’autorisation de Binance pour accéder à l’ensemble des validateurs de la chaîne, ce qui est loin d’être un système sans autorisation.

Combien y a-t-il de validateurs de la BNB Smart Chain aujourd’hui ?

Il n’y a que 21 validateurs de chaîne BNB actifs. Pire encore, la plupart des validateurs de l’écosystème de la BNB Chain sont soit directement gérés par Binance, soit entretiennent des relations étroites ou des partenariats avec l’entreprise.

Décentralisation, on nous avait dit…

Binance et FTX : du pareil au même ?

Au cœur du fiasco de FTX se trouve l’émission de son propre jeton, FTT, qui a permis à l’entreprise de gonfler son bilan. En contrôlant la liquidité du jeton FTT sur l’exchange, FTX a pu en gonfler le prix à des niveaux astronomiques, ce qui a fait monter en flèche la valorisation de l’entreprise. Cela a attiré des fonds supplémentaires de la part de capital-risqueurs, permettant à FTX de se développer et d’accroître son influence. La société a même utilisé les jetons FTT comme garantie pour des prêts afin d’acquérir des dollars, qui ont ensuite été dépensés pour divers investissements allant des startups cryptos aux propriétés en bord de mer aux Bahamas.

Binance a suivi un chemin similaire, offrant son propre jeton d’échange (BNB), avec plus de 40% de l’offre allouée à l’équipe fondatrice. En examinant la stratégie de Binance au fil du temps, il devient évident que la plupart des actions sont centrées sur l’augmentation du prix du BNB. Cela est logique puisque Binance est le plus grand détenteur du jeton.

Comparaison entre FTX et Binance

Il faut pumper le BNB à tout prix !

Par conséquent, Binance apporte activement de la valeur au BNB par le biais de cas d’utilisation, d’incitations et de mises en œuvre stratégiques. Les utilisateurs bénéficient de remises sur les frais de transaction lorsqu’ils utilisent le BNB, le jeton est aussi utilisé comme gaz sur la chaîne BNB et les utilisateurs peuvent miser sur le BNB pour obtenir un rendement sur la plateforme.

La méthode la plus flagrante employée par Binance pour stimuler le prix du BNB est son programme de burn. Dans le livre blanc de l’ICO, il est indiqué : « Chaque trimestre, nous utiliserons 20% de nos bénéfices pour racheter des BNB et les détruire jusqu’à ce que nous rachetions 50% de tous les BNB. » Dans une interview en 2018, CZ a déclaré : « Ce mécanisme de burn est similaire à un dividende, mais au lieu d’envoyer de l’argent, nous détruisons les pièces que nous avons. »

L’audit douteux de Binance

À la suite de l’effondrement de FTX, Binance a fait l’objet d’un examen minutieux et a demandé un audit indépendant pour s’assurer que tous les fonds des utilisateurs étaient en sécurité sur l’exchange. Lors d’une interview désormais célèbre sur CNBC, le présentateur a demandé à CZ si Binance pourrait faire face à une demande de retrait de 2,1 milliards de dollars.

CZ a esquivé la question en répondant : « Nous sommes financièrement à l’aise. Nous laisserons les avocats s’en occuper. Nous sommes financièrement solides. » Ce qui a suivi n’a pas été un audit indépendant complet comme cela avait été demandé, mais plutôt un rapport sur la preuve des réserves du cabinet d’audit de Binance, Mazar’s Group, qui a donné un aperçu incomplet du bilan de la société. Mazar’s Group a finalement supprimé la preuve des réserves de Binance de son site web et a ensuite suspendu toutes ses activités avec les sociétés de cryptos.

Tout comme FTX, cela crée un conflit d’intérêts et nous amène à nous demander si Binance n’a pas agi pour manipuler le prix de la BNB au profit de ses propres activités. Les similitudes dans l’évolution des prix de la BNB et du FTT ont certainement de quoi susciter l’inquiétude.

Midjourney

Binance : une prospérité fondée sur les shitcoins

Lorsque Binance a fait irruption en 2017, la plateforme a attiré de nouveaux utilisateurs à un rythme étonnant. L’une des stratégies utilisées par Binance pour se différencier de ses concurrents consiste à offrir une visibilité à une grande variété de cryptos. Binance a répertorié tous les shitcoins possibles et imaginables.

Si un utilisateur souhaite acheter un jeton obscur, il y a de fortes chances qu’il puisse le trouver sur Binance. En fin d’année 2018, Binance répertoriait 151 pièces. Pour mettre cela en perspective, à la fin de 2018, Coinbase avait 9 cryptos listés. Cela a conduit à de nombreuses accusations selon lesquelles Binance n’avait pas de politiques et de procédures internes en place pour vérifier si un jeton était une escroquerie.

Le point à retenir est que Binance a une incitation à inscrire autant de jetons que possible pour percevoir des frais et générer des revenus, indépendamment de la légitimité des jetons.

Le siège imaginaire

L’un des facteurs essentiels qui a permis à Binance de devenir le premier exchange crypto au monde a été sa capacité à échapper aux régulateurs en n’établissant pas de siège fixe dans une juridiction spécifique. Initialement, Binance était basée en Chine, mais elle a déplacé ses serveurs au Japon peu de temps avant que la Chine ne prenne des mesures de répression à l’encontre des plateformes cryptos.

Les régulateurs japonais ont alors émis un avertissement à Binance, indiquant qu’elle opérait sans licence, ce qui a incité Binance à déménager à Malte en 2018. En février 2020, les régulateurs financiers de Malte ont précisé dans un communiqué que Binance n’avait pas de licence pour opérer dans le pays. La localisation précise des activités de Binance reste aujourd’hui incertaine. Une société holding est située dans les îles Caïmans, et au moins 73 entités contrôlées par CZ existent dans le monde, mais il refuse de divulguer quelle entité est responsable de l’exchange principal.

Ce non-respect des lois financières est au cœur de la récente action en justice intentée par la CFTC contre Binance aux États-Unis. Dans cette plainte, la CFTC explique comment Binance a délibérément échappé à la réglementation américaine en dissimulant l’emplacement de son siège social.

Si la justice reconnaît Binance coupable, elle pourrait imposer à l’entreprise une amende de plusieurs milliards de dollars. On demanderait probablement aussi à l’entreprise de rompre définitivement tout lien avec les marchés financiers américains.Bien que Binance n’ait pas encore été formellement accusée de fraude, il est difficile d’ignorer les nombreux signaux d’alarme et les similitudes frappantes avec la chute de FTX. Si vous avez encore des fonds sur Binance, les signes avant-coureurs sont indéniables. Not your keys, not your coins.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Satosh avatar
Satosh

Chaque jour, j’essaie d’enrichir mes connaissances sur cette révolution qui permettra à l’humanité d’avancer dans sa conquête de liberté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.