la crypto pour tous
A
A

La Banque d'Italie remet en cause Bitcoin !

mer 10 Juil 2024 ▪ 3 min de lecture ▪ par Fenelon L.
S'informer Regulation Crypto

La Banque d’Italie s’apprête à publier ses directives crypto, franchissant ainsi une étape cruciale dans la mise en œuvre du règlement MiCA de l’Union européenne. Dans une déclaration qui fait déjà grand bruit, le gouverneur Fabio Panetta remet en cause le statut de Bitcoin en tant que monnaie, soulevant des questions fondamentales sur l’avenir des cryptos dans le pays.

Bitcoin dans la banque centrale de l Italie

Une mise en œuvre rigoureuse du cadre européen

La Banque d’Italie s’engage à élaborer des lignes directrices détaillées pour mettre en œuvre le règlement MiCA. En effet, dans son allocution du 9 juillet devant l’Association bancaire italienne, Fabio Panetta a mis en lumière la double ambition de ces directives : assurer une application rigoureuse de MiCA et renforcer la protection des utilisateurs crypto.

Le régulateur italien établit une distinction cruciale entre deux catégories de jetons répondant aux critères de paiement :

  1. Les jetons de référence d’actifs (ART) : Ces jetons s’indexent sur un panier d’actifs diversifiés, visant à offrir une stabilité accrue.
  2. Les jetons de monnaie électronique (EMT) : Une devise officielle unique soutient ces jetons, les rendant privilégiés pour les transactions courantes.

Panetta souligne que seuls les EMT, dont la valeur se lie directement à une monnaie fiduciaire, peuvent « assumer pleinement le rôle de moyen de paiement tout en maintenant la confiance du public. » Il considère ces jetons comme les plus aptes à remplir cette fonction.

Une approche prudente face aux défis du secteur crypto

La Banque d’Italie maintient une posture de vigilance accrue envers les cryptos décentralisées telles que Bitcoin et Ethereum. Panetta a ainsi souligné les défis potentiels, mettant l’accent sur le risque d’utilisation de ces actifs pour contourner les réglementations fiscales et les dispositifs anti-blanchiment. 

Il soutient que ces crypto ne réunissent pas les attributs essentiels pour assumer les trois fonctions fondamentales de la monnaie : moyen d’échange, réserve de valeur et unité de compte.

Dans le cadre de sa stratégie de régulation, l’Italie prévoit déjà un arsenal de sanctions dissuasives. Les infractions, allant de la manipulation de marché au délit d’initié, pourront être punies d’amendes pouvant atteindre 5 millions d’euros.

Néanmoins, malgré cette approche prudente, l’Italie demeure réceptive à l’innovation financière. Ainsi, la Banque centrale a initié l’année dernière un programme ambitieux visant à familiariser les institutions financières italiennes avec les concepts de la finance décentralisée (DeFi) et des actifs tokenisés.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Fenelon L. avatar
Fenelon L.

Passionné par le Bitcoin, j'aime explorer les méandres de la blockchain et des cryptos et je partage mes découvertes avec la communauté. Mon rêve est de vivre dans un monde où la vie privée et la liberté financière sont garanties pour tous, et je crois fermement que Bitcoin est l'outil qui peut rendre cela possible.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.