la crypto pour tous
A
A

La Thaïlande et la Chine abandonnent le dollar

mer 22 Mai 2024 ▪ 7 min de lecture ▪ par Nicolas T.
Paiement

Pékin et Bangkok vont dédollariser leurs échanges en promouvant leurs propres monnaies nationales. Avec des CBDC ? Quid du Bitcoin ?

bitcoin

La Thaïlande et la Chine ne veulent plus du dollar

Les banques centrales des deux nations ont signé ce mardi un accord visant à renforcer la coopération pour faciliter les règlements transfrontaliers en monnaies nationales.

Il ne se passe plus un mois sans que des pays annoncent réduire la part du dollar dans leurs échanges bilatéraux. L’Inde et le Nigeria ont conclu un accord similaire pas plus tard que la semaine passée.

La dédollarisation est une réalité et le président russe l’a encore souligné avec force lors de sa visite d’État en Chine. À ce propos, ne manquez par notre article : Poutine taille un short au dollar.

Peu d’informations ont filtré sur la façon dont les deux pays asiatiques comptent huiler leurs échanges. Nous savons néanmoins que la Thaïlande et la Chine travaillent ensemble sur le projet mBridge (multiple CBDC Bridge).

Il se dit que ce système de paiement international en CBDC pourrait briser le monopole du réseau SWIFT. Le projet implique la Banque des règlements internationaux (BRI) et les banques centrales de Chine, de Hong Kong, de Thaïlande et des Émirats arabes unis.

Dit autrement, la Chine met sur pied des systèmes alternatifs aux réseaux de paiement contrôlés par l’occident. Rappelons en effet que l’Iran et la Russie – deux pays ouvertement hostiles au dollar – ont été déconnectés du réseau swift.

Un système redondant ?

Certains se demanderont pourquoi la Chine travaille sur le projet m-Bridge puisqu’elle utilise déjà le CIPS (China’s Cross-border Interbank Payment System).

La croissance du CPIS est fulgurante depuis son lancement en 2015. Il a traité plus de 123 000 milliards de yuans en 2023, contre 10 000 milliards en 2021 et 2 000 milliards en 2017. Il connecte désormais près de 1 500 banques dans 114 pays.

Le CIPS n’est pas (encore) une menace au monopole du réseau SWIFT puisqu’il n’est qu’un système de paiement en yuan. SWIFT est un système de messagerie plus global servant d’intermédiaire aux systèmes de paiements nationaux. Plus de 11 000 banques utilisent SWIFT aux quatre coins du monde.

Le projet mBridge est de créer un réseau de paiement international en CBDC qui n’aurait plus besoin d’un système de messagerie comme swift. Les banques s’y connecteraient directement via leur banque centrale.

La crainte des États-Unis et qu’il permette à d’autres monnaies de faire de l’ombre au dollar. C’est une menace au « privilège exorbitant » venant du fait que la moitié des quelque 32 000 milliards de dollars échangés chaque année dans le monde est libellée en dollar.

Pour Josh Lipsky, membre du think tank américain Atlantic Council, le patronat de la BRI vis-à-vis du projet mBridge fait froncer les sourcils à Washington. D’autant plus que la Chine se débarrasse du dollar à un rythme record.

Mbridge face à la réalité

Selon des sources proches du projet, l’épine dorsale technologique est une blockchain construite par les Chinois. Elle utilise notamment le langage de smart contrat Solidity d’Ethereum.

Son but est de concurrencer le système actuel. Les paiements se font aujourd’hui en deux temps : le message et le mouvement de l’argent. Par exemple, si je veux payer quelqu’un en Chine, ma banque doit posséder un compte (Nostro) dans une banque chinoise et lui demander via un message swift de payer le destinataire.

Dès réception du message, la banque chinoise transfère l’argent au destinataire qui bien souvent se trouve dans une autre banque. Il faudra alors initier un transfert national chinois, ce qui constitue une troisième étape.

Par ailleurs, si ma banque n’a pas de compte Nostro auprès d’une banque chinoise, elle devra envoyer le paiement par l’intermédiaire d’une autre banque disposant d’un compte en Chine, ce qui entraine des frais supplémentaires et une quatrième étape.

Avec mBridge, la promesse est que les banques n’aient plus besoin d’un compte bancaire dans une banque chinoise. Les banques iraient directement sur mBridge acheter des e-CNY (yuan CBDC) avant de les transférer directement à la banque du destinataire chinois.

La suppression des messages signifie que les banques n’ont plus besoin de détenir des comptes étrangers garnis de liquidités, réduisant au passage les couts des paiements transfrontaliers.

Pas si vite…

Pour fonctionner, les taux de change sur mBridge devront être très compétitifs. Si ce n’est pas le cas, les économies réalisées sur les comptes Nostro seront neutralisées.

Or, des taux de change compétitifs nécessitent des volumes importants. C’est l’une des raisons pour lesquelles le dollar est central au système monétaire international.

Le billet vert est depuis les accords de Bretton Wood l’étalon mondial face auquel toutes les monnaies flottent. C’est-à-dire que lorsqu’une entreprise péruvienne fait un transfert vers un client Kazakh, la conversion ne se fait pas via une paire Sol / Tenge. Le sol est d’abord converti en dollar qui sera ensuite converti en tenge.

On a donc du mal à imaginer comment mBridge et les CBDC aux volumes faméliques pourraient fondamentalement transformer les paiements internationaux sans se substituer entièrement à l’ancien système.

A contrario, le bitcoin est un étalon en puissance arborant déjà des volumes impressionnants. Ils furent équivalents à 25 milliards de dollars au cours des dernières 24 heures d’après onchainfx.

Le Bitcoin a l’immense avantage d’être une monnaie en même temps qu’un système de paiement. Deux-en-un. Un système qui plus est apatride puisque décentralisé. C’est un paramètre clé. En effet, qui nous dit que mBridge, à l’instar de swift, ne sera pas un outil de pression politique ?

Les banques centrales auront beau se débattre pour garder la main mise sur les transferts internationaux, il est probablement impossible de faire mieux que la prouesse technologique qu’est le bitcoin.

Et au vu des vives tensions géopolitiques qui se muent actuellement en guerre commerciale, le monde a plus que jamais besoin d’un système de paiement global intouchable. Et non pas de CBDC

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Reporting on Bitcoin, "the goddess of wisdom, feeding on the fire of truth, exponentially growing ever smarter, faster, and stronger behind a wall of encrypted energy".

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.