A
A

Les BRICS se détournent des bons du Trésor US : Nouvelle réduction de 17 milliards $ !

dim 08 Oct 2023 ▪ 4 min de lecture ▪ par Luc Jose A.
S'informer Paiement

La volonté des pays des BRICS d’en finir avec leur dépendance au dollar s’opérationnalise de plus en plus. Plusieurs pays de cette organisation d’Etats, récemment élargie, se distancient des bons du Trésor américain dont ils débarrassent activement.  

Drapeaux des pays des BRICS, qui veulent se débarrasser du dollar et s'éloignent des bons du Trésor US

Le rejet des bons du Trésor américain n’est pas un cas isolé

On pensait que la Chine et l’Arabie Saoudite étaient les seuls pays des BRICS à se distancer des bons du Trésor américain. En fait, cela n’a rien à voir avec une tendance isolée puisque plusieurs autres pays de l’organisation semblent rejoindre le mouvement.

C’est le cas du Brésil. En effet, les dernières données du département du Trésor américain révèlent que le pays a réduit ses avoirs en titres du Trésor de 2,7 milliards de dollars au cours du mois de juillet.

Sur cette période, les actifs du Brésil en titres du Trésor américain sont passés de 227,4 milliards de dollars à 224,7 milliards de dollars. L’Inde a aussi rejoint le Brésil dans cette dynamique.

Les sources montrent que sur la même période du mois de juillet, les avoirs en titres du Trésor de l’Inde ont diminué de 2,3 milliards de dollars. Ils sont ainsi passés de 235,4 milliards de dollars en juin à 233,1 milliards de dollars en juillet.

En un mois, les BRICS réduisent de 17 milliards leurs avoirs en bons du Trésor américain

Le rejet des bons du Trésor américain entrepris par les BRICS pourrait se généraliser

À observer ses tendances, au moins trois des membres fondateurs des BRICS semblent se défaire activement des bons du Trésor américain. Mais curieusement, la tendance est similaire pour les Émirats arabes unis (EAU).

Ce pays du Golfe, récemment intégré à l’organisation dans le cadre des BRICS+, a aussi réduit ses investissements en bon du Trésor américain de 300 millions de dollars. Ce, en les faisant passer de 65,2 milliards de dollars en juin à 64,9 milliards de dollars en juillet.

On voit clairement qu’une politique agressive de rejet des bons du Trésor américain se dessine. Une dynamique qui pourrait d’ailleurs s’accélérer alors que le marché obligataire connaît des turbulences en lien avec une hausse rapide des rendements du Trésor.

Évidemment, pour l’instant, les bons du Trésor américain sont d’une certaine utilité pour les pays qui en détiennent. Ceci, pour une raison simple. Ils constituent l’un des investissements les plus sûrs au monde parce qu’émis par un gouvernement stable et disposant d’une capacité de remboursement relativement élevée.

Pour l’heure, cette tendance au rejet des bons du Trésor américain pourrait avoir une nature symbolique. Un moyen de montrer leur détermination à mettre fin à l’hégémonie des États-Unis via leur monnaie dont les tendances intéressent le marché des cryptos.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d'une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j'ai rejoint l'aventure Cointribune en 2019. Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l'économie, j'ai pris l'engagement de sensibiliser et d'informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu'elle offre. Je m'efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l'actualité, de décrypter les tendances du marché, de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.