A
A

Les investisseurs sont peu nombreux à déclarer leurs avoirs en crypto !

lun 10 Avr 2023 ▪ 4 min de lecture ▪ par Luc Jose A.
S'informer Regulation Crypto

Le cabinet fiscal suédois Divly a récemment réalisé une étude dans 24 pays. L’enquête visait à déterminer dans chaque région la proportion d’investisseurs crypto déclarant ses transactions en cryptos aux autorités compétentes. Elle a également permis d’évaluer le nombre d’investisseurs crypto ayant payé les impôts appropriés l’année passée. Voici les résultats de l’enquête.

3 pièces représentant le litcoin, le bitcoin et ethereum

Seul 0,53 % des investisseurs crypto ont payé leurs impôts en 2022 !

Deux mois après le lancement par Binance d’un outil d’aide à la déclaration d’impôts crypto, Divly publie une enquête pertinente. L’étude du cabinet révèle que moins de 1 % des investisseurs en crypto ont déclaré leurs avoirs aux autorités. En effet, seul 0,53 % d’entre eux ont payé des impôts sur leurs transactions crypto l’année dernière. L’enquête indique aussi que le nombre d’investisseurs respectant les politiques fiscales varie d’une région à une autre. Par exemple, en Finlande, 4,09 % des investisseurs crypto ont payé des impôts en 2022. Pendant ce temps, il n’y a que 0,03 % des traders à l’avoir fait aux Philippines.

Il se trouve que la Finlande affiche le taux de paiement d’impôts sur les cryptoactifs le plus élevé en Europe et dans le monde. Par contre, les Philippines ont le taux de paiement le plus bas au monde. En considérant l’Europe uniquement, c’est l’Italie qui se retrouve au bas de l’échelle avec 0,26 %. Parallèlement, seulement 1,62 % des investisseurs crypto aux États-Unis ont respecté les règles fiscales. Pourtant, il s’agit de la région qui compte le plus de contribuables crypto dans le monde. 

Dans le même temps, Divly a noté que 1,65 % des traders crypto canadiens ont payé leurs impôts l’année passée. En outre, on retrouve le Japon et le Singapour en tête sur le continent asiatique. Ils ont respectivement un taux d’imposition de 2,18 % et de 0,65 %. Cela dit, le cabinet fiscal suédois estime que tous ces chiffres pourraient s’améliorer. Il suffirait que les gouvernements reconsidèrent les réglementations en vigueur et prennent soin de mieux les faire appliquer.

Il apparait que la faiblesse du taux de paiement des impôts crypto pourrait provenir de la rigidité de certaines règles fiscales. Par exemple, la taxe sur les avoirs en cryptoactifs est de 35 % en Italie. Toutefois, les traders de la région ne déclarent leurs revenus crypto que si ceux-ci sont supérieurs à 4 500 dollars. Par ailleurs, il a été révélé en décembre que la taxe sur les cryptos pourrait constituer une aubaine pour l’Europe. En effet, elle pourrait permettre de renflouer les caisses de l’UE.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d'une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j'ai rejoint l'aventure Cointribune en 2019. Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l'économie, j'ai pris l'engagement de sensibiliser et d'informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu'elle offre. Je m'efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l'actualité, de décrypter les tendances du marché, de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.