A
A

Bitcoin (BTC) : M-PESA et Bitnob accélèrent au Kenya

jeu 29 Sep 2022 ▪ 14h00 ▪ 5 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

Certes, le Kenya n’a pas encore légalisé le bitcoin, mais, en matière d’adoption, il passe en tête de liste sur l’ensemble du continent africain. Car les Kenyans ont choisi de faire la sourde oreille en dépit des avertissements de la banque centrale locale. À l’échelle internationale, le Kenya affiche des statistiques surprenants pour ce qui est de l’adoption des cryptomonnaies : il se trouve à la 5e position. En cas de succès des missions des acteurs locaux comme M-PESA et Bitnob, il lui sera facile d’intégrer le Top 3 de cette liste.

Bitcoin (BTC) : M-PESA et Bitnob accélèrent au Kenya

M-PESA et Bitnon visent une adoption massive du bitcoin au Kenya

« 50 MILLIONS d’utilisateurs au Kenya ont désormais accès aux paiements #Bitcoin et Lightning grâce à l’intégration de M-PESA et Bitnob. »

Au mois de juillet, la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) a révélé que 4,25 millions de Kenyans, soit 8,5 % de la population locale, possèdent des cryptomonnaies. D’où son classement en tant que 5e pays affichant un niveau d’adoption très élevé dans le monde.

Notons que dans la liste établie par l’ONU figurent, par ordre chronologique, les pays suivants :

  • Ukraine, 12,7 % ;
  • Russie, 11,9 % ;
  • Venezuela, 10,3 % ;
  • Singapour, 9,4 % ;
  • Kenya, 8,5 % ;
  • États-Unis, 8,3 % ;
  • Afrique du Sud, 7,1 % ;
  • Nigeria, 6,3 % ;
  • Etc.

En cas d’aboutissement des actions de M-PESA et de Bitnod, ces chiffres et ce classement seront révisés.

Que proposent M-PESA et Bitnod ?

D’abord, il convient de noter que le Kenya fait partie des plus grandes économies de l’Afrique de l’Est : 41 milliards de dollars de PIB. Sauf que la pauvreté n’a pas encore reculé dans cette région. Au Kenya, 50 % de la population vit toujours au-dessous du seuil de pauvreté, et 75 % sont des agriculteurs.

Pour expliquer ces taux, la CIA World Factbook explique que « la faiblesse des investissements dans les infrastructures menace la position à long terme du Kenya en tant que première économie d’Afrique de l’Est ».

D’où l’émergence de phénomènes comme l’abandon progressive de la monnaie physique au profit des monnaies numériques.

enseigne-m-pesa-kenya
M-PESA a séduit les Kenyans depuis plusieurs années

Conscient de ce désintérêt pour le fiat et les produites bancaires, Safaricom a mis au point M-PESA (« M » = mobile et « Pesa » = argent, en swahili) en 2007. M-PESA se présente comme un système de paiement rapide et fiable qui suggère aux Kenyans un accès facile au bitcoin et aux autres monnaies décentralisées.

M-PESA est rapidement devenu une plateforme où l’on peut acheter du BTC, et faire des retraits de cryptos au Kenya.

De même, Bitnob suggère également les mêmes commodités à la population kenyane. Cette plateforme propice aux paiements en cryptomonnaies et aux transactions via le Lightning Network ambitionne de toucher le maximum d’Africains en vue d’une adoption massive dans le continent.

Les plus de Bitnob sont les possibilités de :

  • faire des épargnes en BTC ;
  • emprunter en bitcoin, en quelques minutes seulement ;
  • faire des paiements ;
  • acheter en ligne via une carte crypto virtuelle MasterCard ;
  • investir en bitcoin ;
  • etc.
bitnob-liberté
Bitnob, la « liberté » pour les Africains

Conclusion

En 2018, Tony Mwongera, DG de Healthland Spa à Nairobi, a déclaré : « J’ai décidé d’adopter l’utilisation des crypotmonnaies, car il y avait beaucoup de vols dans mon entreprises. » Pendant le Covid-19, les raisons de recourir au bitcoin ne manquaient pas non plus chez les Kenyans. Si The East African a avancé que 4 millions de Kenyans doivent souffir du bear market, ces gens-là ne doivent pas être déçus pour autant. Les avantages de ces cryptomonnaies sont en effet réels. Et avec le concours de M-PESA, Bitnob, Machankura et consorts, l’adoption ne restera pas un rêve au Kenya, comme partout en Afrique.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !