A
A

Bitcoin Fixes This

mer 15 Mar 2023 ▪ 7 min de lecture ▪ par Nicolas T.
Apprendre Investissement

Le Bitcoin est un rempart face à l’inflation et les faillites bancaires promises par les bouleversements géopolitiques et les limites physiques à la croissance.

Bitcoin

Le système Fiat

Peu savent comment les banques fonctionnent. On imagine souvent qu’elles seraient de simples intermédiaires entre épargnants et emprunteurs. Ce n’est pas le cas.

L’argent prêté est créé de toute pièce. D’un coup de baguette magique, la banque crédite des comptes avec de l’argent qui n’existait pas auparavant.

Comme disait Sir Stamp, gouverneur de la banque d’Angleterre de 1928 à 1941 : « Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est sans doute le tour de passe-passe le plus étonnant jamais inventé ».

Graham Towers, gouverneur de la banque du Canada de 1934 à 1955, disait lui : « Chaque fois qu’une banque accorde un prêt, ce sont de nouveaux dépôts, de l’argent entièrement nouveau ».

L’argent est créé ex nihilo et disparaît à mesure qu’il est remboursé. Sauf les intérêts, bien sûr. À quoi bon être banquier sinon.

C’est malheureusement à cause des intérêts que le système est intrinsèquement un ponzi. La raison étant que l’argent correspondant aux intérêts ne se trouve jamais initialement en circulation dans l’économie.

Si certains parviennent à rembourser leur dette ET les intérêts, forcément, les autres n’y arriveront pas. C’est un jeu à somme nulle. Il est donc mathématiquement impératif d’augmenter perpétuellement la dette afin que l’ensemble des acteurs économiques puissent éviter le défaut.

Notre système monétaire est par construction inflationniste. Ce qui n’est pas un problème tant que les salaires augmentent en tandem. Mais cela requiert des gains de productivité (cad de l’énergie peu chère).

Notre planète n’étant pas extensible, la taille du gâteau finira pas se réduire. Et de plus en plus vite. Il en découlera plus d’inflation et des faillites bancaires en raison des défauts de remboursement.

Petite image pour illustrer le propos et prendre de la hauteur :

« Au cours des deux derniers siècles, notre utilisation d’énergie fossile fut un bref flash de chaleur et de lumière, la supernova de l’Homme éclairant son chemin vers là d’où il vient. »

Des banques fragiles

Les banques sont extrêmement fragiles puisqu’elles n’ont en réserve qu’une fraction de l’argent qu’elles prêtent. On parle de « système de réserves fractionnaires » dans le jargon.

Explication simple :

Fut un temps où la monnaie était faite de pièces d’or et d’argent. Les déposants recevaient en échange de leur or une lettre de change. C’est-à-dire un bout de papier portant la signature calligraphiée du banquier qui promettait de restituer l’or sur demande.

Ces bouts de papier ayant du succès, et voyant que peu de gens revenaient rechercher leur or, des banquiers se mirent à produire plus de papier qu’ils prêtèrent contre intérêts.

Ce système a ses avantages et fonctionna grâce aux énormes gains de productivité apportés par la révolution industrielle et les énergies fossiles. Le crédit a pu s’épanouir sans contrainte. Ces gains de productivité étaient ce qu’il manquait aux expériences bancaires infructueuses passées.

Mais le fait est qu’il n’y a pas assez d’or si tout le monde vient le récupérer en même temps. Il suffit d’une rumeur et c’est le « Bank run ».

Le système bancaire moderne est identique. Le crédit permet de réaliser de lourds investissements pour extraire de l’énergie avec des centrales nucléaires, des forages de pétrole en eau profonde, d’immenses barrages, etc. Cette énergie offre des gains de productivité et de la bonne croissance (plus de confort).

La démocratisation du crédit facilite la croissance et ce système est ni « bien » ni « mal ». Il est simplement taillé pour un monde pouvant créer toujours plus de croissance. C’est-à-dire un monde où l’énergie est infinie…

Mais encore une fois, les billets et les pièces ne représentent que 5 % de tout l’argent en circulation. Dit autrement, très peu de gens reverraient leur argent en cas de Bank run.

En somme, les banques n’ont pas une tirelire à la cave pour chacun de leurs clients. Un risque existe…

Les fonds vraiment propres sont en bitcoin

Les fonds propres sont aux banques ce que les fondations d’un immeuble sont à un promoteur immobilier. Plus les fondations sont minces et plus son bénéfice sera élevé, mais plus l’immeuble sera fragile.

Aujourd’hui, une banque peut prêter jusqu’à 33 euros pour chaque euro de fonds propres. On dit que l’effet de levier est de 33:1 dans le jargon.

La plupart des banques ne vont pas jusque-là, mais certaines si. Pour de telles banques, il suffit que les défauts de remboursement représentent 3 % de leur bilan pour faire faillite. La banque Lehman Brothers était à 44:1 quand elle sombra en 2008.

Certes, les banques seront toujours renflouées grâce à la planche à billets, d’une manière ou d’une autre. Nous en avons encore eu la démonstration cette semaine avec Silicon Valley Bank. Mais cela a un prix.

Couvrir les pertes avec l’imprimante se solde par plus d’inflation. Voyez-vous l’ironie ? La hausse des taux fait craquer des banques que nous renflouons en imprimant de l’argent, ce qui crée de l’inflation alors que la hausse des taux visait précisément à combattre l’inflation.

Cette fuite en avant nous mènera directement à l’hyperinflation. La seule échappatoire serait de réussir à doper la productivité. Mais il faudrait pour cela de l’énergie de moins en moins chère. Peu probable…

Face aux temps troubles qui s’annoncent, le Bitcoin attend son heure, patiemment. Il est une banque dans l’espace cybernétique qui ne peut ni prêter, ni investir, ni jouer, ni diluer, ni avilir, ni geler, ni saisir vos actifs.

Immune à l’inflation, jamais un bail out ne viendra gonfler sa limite des 21 M. Le Bitcoin est l’ultime monnaie d’épargne que le monde entier utilisera tôt ou tard.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Nicolas T. avatar
Nicolas T.

Le Bitcoin est une éruption d'énergie chiffrée incensurable se diffractant aux quatre coins d'un monde en ébullitions géopolitique et inflationniste. Je vous tiens au courant.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.