A
A

Les stablecoins sont-ils de retour sur Bitcoin ?

ven 01 Avr 2022 ▪ 19h00 ▪ 10 min de lecture - par Yanis A

La société Synonym a récemment réussi à réaliser la première transaction en USDT (Tether) sur le Lightning Network, la couche qui rend Bitcoin scalable. Le réseau monétaire le plus décentralisé du monde accueillera-t-il bientôt de nouveau des stablecoins ?

Dark, night abstract fantasy landscape with island, pyramids, bitcoin and lightning. Reflection of neon in water, sea, ocean. Smoke, smog on the shore. A modern futuristic landscape with bitcoin.

Réconcilier Bitcoin avec le court terme 

Si dans certains pays victimes de l’inflation, le cours du bitcoin (BTC) semble relativement stable par rapport à la monnaie nationale, il n’en reste pas moins que sa volatilité par rapport aux devises traditionnelles est un véritable problème. La majorité des gens pensent en euros et en dollars et continueront de le faire pendant quelques décennies, car le coût psychologique de changement est bien trop important.

D’autant plus que le narratif de la réserve de valeur est encore bien installé et il peut être extrêmement pénible de dépenser des satoshis, car nous raisonnons toujours en fiat. L’éthique des bitcoiners caractérisée par une faible préférence pour le court terme n’est pas généralisable aux 7 milliards d’humains qui peuplent la planète. Cette volatilité est définitivement le talon d’Achille de Bitcoin.

La fonction de paiement que l’on voit se développer grâce au Lightning devient tout de suite moins séduisante si le prix d’un café peut varier considérablement d’une minute à l’autre en termes de dollars. Peu de commerçants accepteront cette incertitude sur leur marge. Ils préféreront transférer ces fonds en stablecoins pour réduire le risque de marché. Or, pas d’hyperbitconisation sans médium de transaction. 

Précisons qu’en Occident où l’inflation est plus faible, le bitcoin (BTC) peut toutefois être un excellent moyen de paiement pour des transactions jugées immorales comme la pornographie ou sur le marché noir. Le bitcoiner Ross Ulbricht l’avait parfaitement compris avec Silk Road. La propriété de non-censurabilité de Bitcoin l’emporte sur le risque de volatilité dans ce cas.

« Bitcoin serait pratique pour les personnes qui n’ont pas de carte de crédit ou qui ne veulent pas utiliser les cartes qu’elles ont, soit ne veulent pas que le conjoint le voie sur la facture ou ne font pas confiance en donnant leur numéro à « porn les gars », ou peur de la facturation récurrente ». Satoshi Nakamoto

Une passerelle entre le monde fiat et le standard Bitcoin

À long terme, Bitcoin deviendra le « stablecoin » universel, grâce à son offre finie et prédéterminée. Sans interférence avec les décideurs politiques, les marchandises verront alors leur prix être fixé par le libre marché grâce à une monnaie comportant 21 millions d’unités. La monnaie sera tellement saine et stable que les prix diminueront naturellement grâce au progrès technique. Mais le temps de transition du monde fiat vers le standard Bitcoin, sera chaotique : récessions, crises sociales, incertitude… Ordo ab chao. 

Peu de gens ont la capacité financière et psychologique d’attendre plusieurs décennies avant de dépenser leurs satoshis. La capitalisation de Bitcoin va continuer à croître d’année en année, ce qui augmentera les risques en cas de volatilité. Mais comme l’explique Nassim Taleb « There is no long-term stability without short-term volatility ».

De l’utilité d’un stablecoin

Dès lors, on comprend l’intérêt des stablecoins, y compris pour bâtir un standard Bitcoin. Il s’agit d’une passerelle entre le monde d’avant et celui qui est en train de naître. Grâce à Lightning, il devient possible d’effectuer des transactions instantanément avec un risque de volatilité quasi nul, ce qui permet à un commerçant d’accepter des paiements BTC et de convertir immédiatement les fonds en stablecoins.

Les stablecoins collatéralisés à 100 % avec des réserves liquides restent des instruments bien plus fiables que le système monétaire actuel. L’absence de réserves fractionnaires, la plus grande décentralisation et la transparence concernant la gestion des réserves en font un actif extrêmement utile. Alex Gladstein et Michael Saylor sont de cet avis. Ils considèrent que les stablecoins sont une passerelle et qu’ils serviront tant à se protéger de l’inflation dans les pays pauvres, qu’à accompagner l’hyperbitconisation.

Jack Mallers, le CEO de Strike a également parfaitement compris l’incapacité du bitcoin (BTC) à être un moyen de paiement performant à court terme. C’est pourquoi sa solution permet de convertir instantanément du bitcoin en dollar. C’est un formidable outil pour favoriser l’adoption chez les commerçants. Lui aussi, grand maximaliste, reconnaît l’intérêt des stablecoins de sorte que les Argentins peuvent utiliser de l’USDT sur Strike afin de se protéger de l’inflation. 

L’USDT est né sur Bitcoin

La société Synonym est parvenue à effectuer une transaction en USDT sur Lightning grâce au protocole Omni et son équivalent sur Lightning, OmniBolt. Une transaction Omni ressemble à une transaction classique en bitcoins (BTC), mais avec des métadonnées supplémentaires, de sorte qu’aucune autre blockchain n’est nécessaire.

Il est bon de rappeler que Tether a d’abord essayé de lancer l’USDT sur Omni, avant d’aller sur d’autres chaînes pour minimiser les frais de transaction. Omni est longtemps resté la 3e chaîne qui traitait le plus d’USDT, loin derrière Ethereum et Tron

Omni est l’un des tout premiers protocoles construit sur Bitcoin pour ajouter des fonctionnalités financières au système de paiement. C’est une technologie qui a connu un certain succès après la création de Bitcoin et permettait de représenter des actifs personnalisés pour les traiter sur la chaîne

Il est aussi bon de mentionner que Tether a lancé sa solution sur la sidechain Liquid. Les utilisateurs peuvent donc réaliser des atomic swaps entre bitcoins (BTC) et USDt pour passer d’un actif à l’autre. Plus centralisée avec son réseau de fonctionnaires-validateurs, cette solution a toutefois le mérite de rendre possible des validations plus rapides et plus privées que sur Omni. Il s’agit à l’heure actuelle de la solution la plus performante si l’on souhaite rester à l’intérieur du réseau Bitcoin.

Toutefois, la solution de Tether proposée sur Liquid n’est pas interopérable avec les autres USDT, si bien qu’on doit passer par un exchange pour utiliser des stablecoins émis sur Ethereum ou Tron. 

Quid des stablecoins synthétiques ?

Si les stablecoins natifs sur Lightning Network n’existent pas encore, les stablecoins synthétiques sont déjà opérationnels. Il s’agit essentiellement d’utiliser des contrats dérivés perpétuels, plutôt que des jetons traditionnels. Une telle stratégie permet de représenter des dollars, sans les utiliser réellement.

Comme l’explique la plateforme de trading sur Lightning Kollider, il suffit de vendre en dollars et à découvert la somme de bitcoins (BTC) que l’on souhaite couvrir grâce à des swaps perpétuels. Lorsque l’on souhaite disposer de cette somme en dollars, il suffit alors de fermer la position afin de récupérer un montant équivalent en BTC, puis de le revendre sur un exchange. La possibilité de réaliser une telle manœuvre directement à partir d’un nœud ou d’un wallet compatible Lightning simplifie la démarche. La grande rapidité du réseau LN minimise le risque de changement de prix juste avant l’exécution de la transaction.

Toutefois, si ces outils financiers permettent effectivement de réduire la volatilité par rapport au dollar, des évolutions brutales du prix peuvent mettre en péril le système. C’est pourquoi le lancement d’un stablecoin natif serait bien plus séduisant.

Vers un stablecoin bitcoin (BTC) ?

Aura-t-on un jour un stablecoin construit nativement sur le protocole Bitcoin et utilisable sur Lightning Network ? En plus de s’appuyer sur la chaîne la plus décentralisée et sûre du monde, les frais de transaction pourraient être extrêmement compétitifs.

Selon certains développeurs, grâce aux avancées sur les DLC (Discreet Log Contracts), il serait possible d’implémenter un stablecoin sur Lightning avec une confiance minimale. Il s’agirait de créer des canaux sur Lightning d’un montant équivalent à la somme que l’on souhaite couvrir en stablecoin. Grâce à des oracles chargés de récolter des données sur le prix du dollar, le canal se rééquilibrerait automatiquement en modifiant l’allocation de chaque côté du canal. La route est encore longue avant la création d’un stablecoin grâce aux DLC, mais l’hypothèse est fascinante. Avec une simple source d’informations sur les prix apportée par des oracles, toutes sortes de devises pourraient avoir leur équivalent en stablecoin sur LN.

Et si un tel projet pourrait prendre quelques années avant d’être pleinement intégré, certains stablecoins adossés en partie à du bitcoin (BTC) comme l’UST gagnent du terrain. Terraform Lab a même pour objectif de constituer une réserve en BTC de 10 milliards de dollars, ce qui en ferait l’une des plus grosses whales du protocole. 

Les stablecoins sont des innovations monétaires extrêmement utiles qui accompagneront l’hyperbitconisation. Ils seront la passerelle entre le monde fiat et un monde régi par la norme Bitcoin.  Il faut se réjouir des développements en cours afin de construire un stablecoin natif sur le Lightning Network. 

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Yanis A avatar
Yanis A

Le bitcoin change tout ! Issu d’une formation financière, tout me passionne dans cette technologie. Chaque jour, j’essaie d’enrichir mes connaissances sur cette révolution qui permettra à l’humanité d’avancer dans sa conquête de liberté.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !