la crypto pour tous
A
A

La dédollarisation : un point positif pour le bitcoin ?

dim 28 Mai 2023 ▪ 12 min de lecture ▪ par Laetitia B.
Apprendre Investissement

La réserve de change au niveau mondial est le dollar US depuis plusieurs décennies. La question de la dédollarisation revient très souvent puisqu’il y a des possibilités que cela arrive un jour. C’est ici que nous allons regarder le rôle positif que le bitcoin pourrait jouer face à la dédollarisation.

Image représentant un billet de banque en train de brûler, en lien avec l'article "Effondrement SVB et hausse auto-détention Bitcoin"

La dédollarisation et la dollarisation

Le principe de la dollarisation est d’utiliser le dollar US comme monnaie d’échange pour éviter les turbulences au niveau mondial. Le principe de la dollarisation permet d’éviter les crises des différentes monnaies ou les problèmes de dévaluation. Dans le principe opposé, la dédollarisation, c’est la fin de l’utilisation de la monnaie du dollar US en le remplaçant par l’utilisation d’une autre monnaie. Ceci en partant du principe qu’il s’agit de la monnaie d’échange au niveau mondial.


La dédollarisation est remis en avant car nous avons subi quelques changements ces derniers temps. Par exemple, nous avons  l’Arabie Saoudite qui accepte dorénavant les échanges en yuan (accord avec à la chine) pour l’achat du pétrole. De l’autre bord, nous avons la Chine et le Brésil qui ont conclu un accord pour se laisser la possibilité d’échanger dans leur propre monnaie. Un changement qui devenait presque inévitable puisque la chine est devenu le partenaire principale du Brésil (autrefois les Etats-Unis). D’autre part, la Russie a remplacé le dollar US par le yuan après les dernières tensions suite à la guerre en Ukraine. Il est clair que les tensions géopolitiques accentuent la transition d’une possible dédollarisation.

Les éléments qui poussent à la dédollarisation

Plusieurs conflits géopolitiques ont progressivement poussé certains états à se dédollariser pour différentes raisons. Par exemple, face aux sanctions imposées durant le conflit Russie-Ukraine, la Russie a dû trouver d’autres accords. Ce fut notamment le cas avec la Chine, ils ont fait équipe pour réduire la dépendance au dollar US.

D’autre part, depuis plusieurs décennies, le fait que le dollar US perde beaucoup de sa valeur le rend plus vulnérable. C’est encore plus le cas avec l’impression monétaire qui s’est accentuée les dernières années. Face à cela, certains états essayent de trouver des alternatives pour réduire leur indépendance au dollar US.

Jusqu’en 1971, on pouvait convertir les dollars US en or. Cependant, comme l’offre du dollar US était trop importante dans les années 60 par rapport à celle de l’or, cela a rendu la tâche de la conversion difficile. Par conséquent, le Président Nixon a mis fin à la possibilité de convertir le dollar en or. Ceci s’est traduit par la fin de l’or standard mais aussi la fin de l’impression monétaire limitée. Après la forte inflation des années 70, le dollar US avait gardé une bonne partie de sa valeur. Par la suite, il y a d’autres évènements et interventions qui ont réduit la valeur du dollar US. Par exemple, face à la crise financière en 2008, la banque centrale américaine a injecté des liquidités. Le fait d’avoir une politique monétaire expansionniste augmente la monnaie en circulation et diminue la valeur du dollar. Le même évènement s’est répété avec l’arrivée de la crise du COVID. Cette fois-là, ça s’est produit de façon beaucoup plus exponentielle ayant pour conséquence une flambée de l’inflation par la suite.

Les alternatives à la dédollarisation

Il y a eu plusieurs alternatives face à la dédollarisation qui ont été mises en avant comme la crypto-monnaie et la monnaie numérique. D’autres propositions plus tangibles ont été proposées comme les métaux rares, le cuivre. Par exemple, la Russie est en train de travailler avec l’Iran pour élaborer une crypto-monnaie avec pour collatéral l’or. Et comme expliqué ci-haut, plusieurs pays sont en train de travailler ensemble sur des accords afin de réduire son indépendance face au dollar US.

L’or garde encore son utilité et également sa position en tant que valeur de réserve. On peut justement voir que les banques centrales ont collecté pas mal de l’or ces dernières années. 

gold, or, banque centrale
Source : Bmggroup

Est-ce la fin de la dollarisation? Pas tout à fait, il faut savoir que la réserve de dollar US auprès des banques centrales est d’environ 60%.

réserve, dollar us
Source : ctmfile

L’évolution de la courbe de l’adoption du bitcoin

Il y a toujours un processus dans l’adoption de quelque chose de nouveau. Cela fut le cas de l’internet et de plusieurs technologies comme les téléphones, les tablettes, les voitures…Cela sera également le cas du bitcoin. Pour se référer à cela, on peut utiliser le “S Curve” qui représente souvent le processus d’adoption d’une nouvelle technologie. On l’appelle le « S Curve » car la figure est représentée sous forme de S. Pour l’instant, nous sommes toujours au début de la phase de l’adoption.

bitcoin, adoption, croissance
Source : Cointribune

Pour assurer la continuité de l’adoption, il faut que la demande persiste sachant qu’en parallèle, l’offre du bitcoin reste limité à 21 millions bitcoins. La demande peut être sous forme de croissance de nouveaux utilisateurs ou alors de flux entrants. En parallèle, le principe du halving qui permet de diminuer l’offre tous les 4 ans permet de créer le phénomène de rareté en complément de la demande.

Lorsque les retardataires arrivent (le dernier 10%), cela veut dire que les personnes réticentes finissent par utiliser le bitcoin. On est encore loin de cela puisqu’en termes de % par rapport à la population, nous sommes seulement à 0.35%.

Le risque de défaut de la dette US : Le dollar US vs le bitcoin

Le débat sur la limite du plafond de la dette est de nouveau d’actualité puisque celui-ci a été atteint en janvier 2023. Si la résultante du débat serait de ne pas augmenter le plafond de la dette, cela entrainerait le défaut des US. Les conséquences d’une situation comme celle-ci serait un risque majeur pour les Etats-Unis mais aussi au niveau mondial. Cela pourrait plonger les US dans une récession profonde via une hausse massive du chômage. On sait que la thèse du défaut est la plus éloignée mais il faut quand même la prendre en compte. Même si la réserve du dollar US est importante (environ 60%), un défaut du pays éloignerait les investisseurs étrangers ayant pour conséquence un affaiblissement du dollar US. Par conséquent, une baisse du dollar US pourrait être un aspect positif à long terme pour le bitcoin. Pourquoi ? Le dollar US est un facteur ayant une influence sur la variation du bitcoin.

Source : Tradingview

Le risque de défaut serait également un risque majeur au niveau bancaire. Et comme le bitcoin a réagi positivement à l’intervention de la FED face au risque bancaire au mois de mars 2023, cela pourrait être un critère positif pour celui-ci.

La dollarisation : l’impact sur le bitcoin

La dollarisation reste un avantage pour le bitcoin. Pour comprendre cet avantage, il faut regarder l’utilité du bitcoin afin de voir comment l’aspect de la dollarisation permet d’augmenter la valeur du bitcoin. Dans un premier temps, comme c’est la monnaie d’échange principale (le dollar us), c’est aussi la monnaie pour acheter des actifs et notamment du bitcoin. Comme le dollar US reste inflationniste (expansion monétaire) alors que le bitcoin garde une offre limitée, c’est ici qu’on peut voir les avantages du bitcoin par rapport à la dollarisation.

performance, bitcoin, us dollar
Source : Researchgate

Pour mieux comprendre, on va expliquer l’aspect inflationniste et déflationniste de la monnaie fiat. Le dollar US est inflationniste car l’expansion de la masse monétaire diminue la valeur du dollar US. Le principe d’une monnaie déflationniste est d’avoir une offre qui diminue à travers le temps. 

On sait déjà que le bitcoin a une offre limitée de 21 millions de bitcoins. Et le second aspect du bitcoin reste le halving, qui diminue la production à travers le temps (plus particulièrement tous les 4 ans). 

Comme le bitcoin a été créé en 2008-2009 en parallèle de la crise financière aux US. Face à cette crise, la banque centrale américaine, la FED est intervenue en injectant des liquidités dans le système financier afin de relancer la croissance. Par conséquent, cela a augmenté la masse monétaire et cela a diminué la valeur du dollar US. Le bitcoin a été conçu pour limiter à la fois le nombre de bitcoin, mais aussi en programmant une baisse de la production de celui-ci tous les 4 ans.

La dédollarisation mène t-elle au bitcoin ? 

Le bitcoin a énormément de vertus dans son ensemble. Il peut être considéré comme un hedge contre l’expansion monétaire, contre le risque bancaire, le risque géopolitique. Il nous a prouvé à plusieurs reprises sa réactivité face à ce genre de turbulence.

Cependant, il y a des concepts qui vont être plus difficiles à convertir pour que le bitcoin devienne une monnaie d’échange principale comme le dollar US. On va en citer quelques-uns :

1/ Le simple fait qu’on ne puisse pas imprimer de bitcoin reste un facteur qui va limiter son potentiel d’être une monnaie officielle. Comme il y a une offre limitée, le potentiel de prêt peut être limité. Par conséquent, cela peut limiter les effets sur la croissance économique via le crédit. Et le crédit reste quand même une variable dans l’économie. Alors oui, il est possible d’utiliser des fractions du bitcoin mais on ne peut pas imprimer des bitcoins. D’autre part, si nous faisons face à un problème économique majeur, il pourrait devenir difficile d’intervenir comme le font les banques centrales. Pourquoi ? car le bitcoin n’est pas régulé par une banque centrale comme la monnaie fiat.

2/ L’autre point reste le processus final de l’adoption, ainsi que sa production. Si le bitcoin devient une monnaie officielle d’échange, et qu’en parallèle, les 21 millions bitcoins sont minés et adoptés (fin de la courbe de l’adoption), la demande va plafonner.

3/ Pour l’instant, en termes de volatilité , l’utilisation du bitcoin reste également une limitation. Pourquoi ? on ne peut pas acheter une baguette avec une monnaie qui peut prendre ou perdre 100% ou -60% de sa valeur aussi rapidement. La mesure du temps est importante si on n’a pas le temps d’absorber la variation du prix. Cependant, plus il va être capitalisé, plus il risque d’y avoir moins de volatilité. C’est dans le même principe qu’une petite capitalisation boursière qui va être plus volatile qu’une large capitalisation.

CONCLUSION

Le Bitcoin profite plus des failles de la dollarisation (perte de la valeur) que du processus de dédollarisation. Même si le bitcoin peut avoir ses limites comme monnaie officielle, son utilité et son mode de fonctionnement avec l’offre limitée et le halving permettent de lui attribuer plusieurs atouts.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


Cliquez ici pour rejoindre 'Read to Earn' et transformez votre passion pour la crypto en récompenses !
A
A
Laetitia B. avatar
Laetitia B.

Après avoir travaillé pendant 7 ans dans une banque canadienne dont 5 ans dans une équipe de gestion de portefeuille comme analyste, j’ai quitté mes fonctions afin de me consacrer pleinement aux marchés financiers. Mon but ici, est de démocratiser l'information des marchés financiers auprès de l'audience Cointribune sur différents aspects, notamment l’analyse macro, l’analyse technique, l’analyse intermarchés…

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.