A
A

L’exposition des banques aux cryptos limitée à 2 %

lun 19 Déc 2022 ▪ 11h00 ▪ 4 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

Le groupe des gouverneurs des banques centrales et des responsables du contrôle bancaire ont approuvé une norme prudentielle visant à atténuer les risques d’exposition des banques aux cryptos. Une occasion pour le Comité de Bâle de mettre au point son programme de travail pour 2023-2024 ainsi que ses priorités stratégiques pour la même période.

L’exposition des banques aux crypto-actifs limitée à 2 %

La volatilité des cryptos inquiète le Comité de Bâle

Crainte de contagion FTX dans les banques classiques ?

« La Bank of International Settlements vient de finaliser une politique permettant aux banques de détenir 2 % de leurs réserves en #Bitcoin. C’est 3,6 trillions de dollars. »

Ceci représente avant tout une proposition finalisée d’une politique suggérant un plafond de 2% d’exposition aux cryptos pour les banques. Le GHOS, organe de surveillance du Comité de Bâle a précisé que :

« En plus de tous les actifs traditionnels tokenisés et des stablecoins qui ne remplissent pas les conditions de classification, le groupe 2 comprend tous les cryptoactifs non adossés. L’exposition totale d’une banque aux cryptoactifs du groupe 2 ne devrait généralement pas être supérieure à 1 % des fonds propres de catégorie 1 de la banque et ne doit pas dépasser 2 % des fonds propres de catégorie 1 de la banque », précise Bitcoin Magazine.

À titre de rappel, la Bank for International Settlements (BIS) tablait sur une politique de 1 % pour les banques d’envergure mondiale. Or, ces institutions financières ont suggéré une limite de réserve de 5 %. Les 2 % avancés par le Comité de Bâle serait un compromis entre les deux propositions.

La sécurité des banques avant tout

Il est fort probable que la chute de Terra et de FTX, privant la cryptosphère de plusieurs milliards de dollars, aurait quelque chose à voir avec ces initiatives.

Dans le communiqué de presse de la BIS, Tiff Macklem, président du GHOS et gouverneur de la Banque du Canada jubile.

« La décision prise ce jour par le GHOS marque une étape importante dans l’élaboration d’une base réglementaire mondiale pour atténuer les risques que présentent les cryptoactifs pour les banques. Il est important de continuer à surveiller les évolutions liées aux banques sur les marchés des cryptoactifs. Nous restons prêts à agir davantage si nécessaire », précise-t-il.

Pablo Hernandez de Cos, président du Comité de Bâle et gouverneur de la Banque d’Espagne, soutient l’exemplarité de cette nouvelle norme.

« Le programme de travail du Comité pour 2023-24, approuvé aujourd’hui par le GHOS, vise à renforcer encore la réglementation, la surveillance et les pratiques des banques dans le monde entier. Il se concentre notamment sur les risques émergents, la numérisation, les risques financiers liés au climat ainsi que le suivi et la mise en œuvre de Bâle III », a-t-il souligné.

En gros, les banques reconnaissent que les CBDC ne pourront pas prendre la place des cryptos dans l’échiquier financier.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !