A
A

Ethereum 2.0 : Les secrets du staking !

jeu 08 Sep 2022 ▪ 7h00 ▪ 5 min de lecture - par Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

Nous sommes à J-8 du Merge d’Ethereum, l’évènement tant attendu par la communauté crypto. Qu’espèrent les enthousiastes de la fusion d’Ethereum ? La migration de la blockchain dans le Proof-of-Stake (PoS), entre autres. Mais beaucoup espèrent que le Merge apportera un coup de peps au bear market. Sinon, son avènement implique une bonne dose de préparation pour les stakers. Comment pourront-ils réussir le stacking d’Ethereum post-Merge ?

Ethereum 2.0 : Les secrets du stacking !

Stacking ETH 2.0, quesaco ?

D’abord, il faut préciser que l’équipe d’Ethereum n’apprécie pas trop le terme « ETH 2.0 » Elle préfère plutôt parler de « concensus layer » (ou couche de consensus), renvoyant à une mise à niveau du réseau et non la construction d’un nouveau réseau ex-nihilo. La version initiale d’Ethereum étant baptisé « execution layer » (ou couche d’exécution), la tanière des smart contracts et des règles du réseau.

Le Merge tire sa raison d’être à l’issue d’un constat de surcharge du réseau Ethereum. Ce dernier récense en effet un grand nombre de projets liés aux NFT, à la DeFi, aux dApp, etc.

Conséquence : les frais de gaz dans la blockchain Ethereum dépassent la juste mesure.

La Fusion prévue par Ethereum promet plusieurs avantages comme l’amélioration de l’efficacité, de la vitesse, de la sécurité et de l’évolutivité du réseau, ainsi que la réduction de la quantité d’énergie nécessaire pour les calculs. Corollairement, il sera à même de traiter plus de transactions par seconde et de s’adapter à plusieurs cas d’utilisation. À noter qu’en ce moment, Ethereum ne permet que 15 transactions par seconde. Après le Merge, ce nombre sera révisé à 100 000.

Mais il ne faut pas non plus oublier que les mineurs de cryptomonnaies doutent de leur avenir après le Merge. Cette migration constitue en effet la fin du processus de mining actuel d’Ethereum.

Total cumulé des ETH stakés au fil du temps – Source : Dune

Qu’en est-il du stacking d’Ethereum

Le Proof-of-Stake est une méthode promouvant le consensus distribué, garant de la sécurité de la blockchain et de la création de nouveaux blocs. On  appelle staking le processus de sélection de validateurs à qui reviennent ces responsabilités. À ces derniers, on a attribué le nom de « stakers ».

Pour devenir un staker sur Ethereum, ou plus précisément pour pouvoir ajouter des blocs à la chaîne Beacon, il faut investir au moins 32 ETH. C’est ce qu’on appelle « mise ». La mise est nécessaire pour motiver le staker à ne pas se déconnecter ou s’engager dans une collusion délibérée.

N’empêche que celui-ci est privilégié par Ethereum. On lui accordera notamment des revenus passifs qui peut aller jusqu’à 1/8 de la récompense de base, en tant que « proposant » et 7/8 en tant qu’« attestataire », d’après Cointelegraph. Bien sûr, les gains du stakers dépendront de la quantité totale d’ETH et des moyens déployés pour staker cette cryptomonnaie.

L’autre privilège du staker réside dans la possibilité de nommer un autre utilisateur pour faire les opérations de validation en son nom.

Comment staker l’Ethereum ?

En général, le staking d’Ethereum doit passer par les services de « pooled staking » comme Lido, Rocket Pool, StaFi, StakeWise… Sur Lido, il est possible d’avoir un rendement annuel de 3,9 %, selon CoinVantage.  Fort d’une réserve de 4 millions d’ETH, Lido récompensera les stakers avec des tokens stETH et promet de ne prélever que 10 % de frais sur les récompenses perçues.

En outre, nous devons aussi noter la possibilité de staker l’ether sur les principaux exchanges crypto comme Coinbase, Binance, eToro, Okex ou encore Huobi Global.

En allant sur Coinbase, par exemple, le staker a intérêt à créer un compte en vue d’authentifier son identité « à des fins fiscales ». Par la suite, celui-ci est invité à acheter des tokens ETH, la condition sine qua non pour cette activité.

Ensuite, le staker doit passer par la case « inscription sur la liste d’attente » avant de faire le staking proprement dit.

Attention, aucun retrait de récompenses sur les ETH stakés ne sera autorisé avant la mise à jour de Shanghai. Cette dernière étant prévue après le Merge du 15 septembre.

À l’heure actuelle, on a recensé à peu près 13,39 millions d’ETH stackés, soit 11 % de l’offre totale d’ethers en circulation. Mais il faut s’attendre à ce que le staking attire de nombreux investisseurs juste après le Merge. Sinon, le staking se présente comme un investissement qui convient plutôt aux hodlers qu’à ceux qui tendent à vendre au plus bas.

Recevez un condensé de l’actualité dans le monde des cryptomonnaies en vous abonnant à notre nouveau service de newsletter quotidienne et hebdomadaire pour ne rien manquer de l’essentiel Cointribune !

A
A
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA avatar
Mikaia ANDRIAMAHAZOARIMANANA

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.

Ne manquez aucune actu et abonnez-vous à Cointribune sur Google Actualités !