A
A

Vers une MiCA 2.0 : la Banque de France appelle à une régulation des conglomérats

lun 19 Juin 2023 ▪ 3 min de lecture ▪ par Luc Jose A.
S'informer Regulation Crypto

L’adoption des normes MiCA sur les cryptos en Europe est allée très vite. Cette réglementation va bientôt commencer à s’appliquer. Mais, déjà, évoque-t-on une deuxième version de ces règles. Celles-ci seraient élargies aux firmes actives dans plusieurs segments de la chaîne de valeur de l’industrie crypto.

Le drapeau de l'UE avec la mention MiCA

Le gouverneur de banque centrale française souhaite une 2ᵉ version de la MiCA

Avec les normes MiCA qui régissent les cryptos au sein de l’Union européenne (UE), le vieux continent a progressé en la matière. Mais, cette avancée semble ne pas être suffisante pour Villeroy de Galhau, le gouverneur de la banque de France.

Lors du forum Vivatech tenu récemment à Paris, le responsable a évoqué l’idée d’une 2ᵉ version de cette loi. Celle-ci serait selon lui nécessaire pour garantir la régulation des conglomérats de cryptos. Un pan de la régulation de l’industrie crypto qui n’est pas assuré par la MiCA.

Ce nouveau palier est d’autant nécessaire que la régulation de ces plateformes ne peut être envisagée sans une coopération internationale. Mais alors, pourquoi Villeroy de Galhau appelle-t-il à une version 2 de la MiCA ?

Il faut savoir que dans l’industrie crypto, certaines firmes cryptos comme Binance ou Coinbase sont puissantes d’un point de vue économique. En tout cas, suffisamment pour embrasser plusieurs segments de l’industrie.

Leur influence financière s’exprime surtout par leur capacité à surfer sur plusieurs législations au gré de leurs intérêts. Ceci étant, la non-prise en compte de cette réalité par la MiCA pourrait s’avérer être une grosse lacune réglementaire.

Pour le gouverneur de la banque de France, la MiCA est indubitablement une avancée majeure pour le secteur crypto européen. Pourtant, sa pertinence serait affaiblie si la réglementation qu’elle met en œuvre se limite à la juridiction européenne seule.

Ceci, c’est sans compter que le règlement MiCA exclue de son champ d’application, la DeFi et les jetons non fongibles (NFT). Des activités, qui, selon de Galhau, présentent des risques pour les utilisateurs.

« La finance décentralisée n’est qu’une nouvelle technologie. Vous avez des acteurs qui l’utilisent pour des services financiers. Ils doivent être réglementés. Même action, mêmes risques, mêmes règles », a-t-il conclu.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Luc Jose A. avatar
Luc Jose A.

Diplômé de Sciences Po Toulouse et titulaire d'une certification consultant blockchain délivrée par Alyra, j'ai rejoint l'aventure Cointribune en 2019. Convaincu du potentiel de la blockchain pour transformer de nombreux secteurs de l'économie, j'ai pris l'engagement de sensibiliser et d'informer le grand public sur cet écosystème en constante évolution. Mon objectif est de permettre à chacun de mieux comprendre la blockchain et de saisir les opportunités qu'elle offre. Je m'efforce chaque jour de fournir une analyse objective de l'actualité, de décrypter les tendances du marché, de relayer les dernières innovations technologiques et de mettre en perspective les enjeux économiques et sociétaux de cette révolution en marche.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.