A
A

États-Unis : Le flou réglementaire pousse les sociétés crypto vers la sortie

mar 28 Mar 2023 ▪ 4 min de lecture ▪ par Mikaia A.
Regulation Crypto

S’il y a une chose qui divise les États-Unis en ce moment, c’est la cryptomonnaie. Population en général, investisseurs, experts en finance, sénateurs, gouverneurs et même la Maison-Blanche n’arrivent pas à dégager un vrai consensus autour de cet actif numérique. Certes, après la chute de FTX, beaucoup ont évoqué la nécessité d’un cadre réglementaire pour les cryptos. Mais cela semble s’éterniser, au point de pousser les acteurs de cette industrie vers la porte de sortie.

Grosse-vague-liberte-cryptos-etats-unis

Crypto : l’American Dream n’est plus ?   

Le Texas a beau devenir le paradis du mining de bitcoin après que la Chine ait expulsé les extracteurs de crypto de son territoire, mais rien ne garantit que la situation ne changera pas d’ici peu. La taxe de 30 % prévue par l’administration Biden sur leur électricité n’augure rien de bon du tout.

De plus, la réglementation des cryptos trop agressive et pas saine que la SEC est en train d’appliquer n’arrange pas la situation. C’est l’avis de Brad Garlinghouse, PDG de Ripple.

Dans un long article publié hier sur CoinDesk, Jeff Wilser a partagé un rapport sur un ras-le-bol partiel des sociétés crypto américaines.

Ce constat part de plusieurs entretiens accordés par des profils notoires comme la sénatrice Cynthia Lummis. Cette icône de la cryptosphère américaine a souligné que :

« L’incapacité du Congrès américain à adopter une politique pousse l’industrie vers d’autres pays. L’Europe est en avance sur nous en termes de cadre réglementaire. L’Australie et le Royaume-Uni nous devancent. La Suisse est loin devant nous. »

Cette femme surnommée « reine des cryptomonnaies » a tout à fait raison puisque :

  • Coinbase envisage de s’implanter à l’étranger avec une SEC qui prépare des attaques contre lui ;
  • Circle s’était déjà offert un bureau à Paris ;
  • Nexo a choisi un retrait volontaire des États-Unis pour venir s’installer en Bulgarie et à Dubaï ;
  • etc.

D’autres sociétés crypto préfèrent rester

Notons toutefois que cette sensation de strangulation due à l’absence de réglementation claire des cryptomonnaies ne fait pas l’unanimité au niveau des start-ups américaines.

En effet, certaines d’entre elles temporisent pour le moment.

« Personne n’est encore parti. Ils explorent leurs options », précise David Nage, gestionnaire de portefeuille chez Arca. Pour l’instant, les départs ne se font qu’au niveau discours.  

« J’aime être ici. 20 % du marché des cryptomonnaies se trouvent aux États-Unis », argue Marshall Hayner, PDG de Metallicus.

En tout cas, beaucoup d’entre les acteurs de ce secteur attendent une chose : une réglementation claire des cryptos aux États-Unis. Assurément, ils auront l’appui de certains politiques américains dans cette démarche. Car beaucoup d’entre eux n’hésitent pas à monter sur le font pour protéger les cryptomonnaies.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
Mikaia A. avatar
Mikaia A.

La révolution blockchain et crypto est en marche ! Et le jour où les impacts se feront ressentir sur l’économie la plus vulnérable de ce Monde, contre toute espérance, je dirai que j’y étais pour quelque chose

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.