A
A

Qui est Nick Szabo ?

8 min de lecture ▪ par La Rédaction C.
Apprendre

Il fait partie de ceux qui ont jeté les bases de la création de la cryptomonnaie. Nick Szabo est une référence dans le paysage cryptographique. Des smart contracts à Bit Gold, son génie n’a d’égal que la portée de ses œuvres. Ce qui pousse certains spéculateurs à avancer qu’il est le vrai créateur du bitcoin. Dans ce dossier, partez à la découverte de ce personnage hors du commun.

portrait de nick szabo et dune piece de bitcoin rappelant le lien de cette figure incontournable de la crypto avec le btc

Éducation et centres d’intérêt

Avant toute chose, il faut savoir qu’en dehors de son activité professionnelle, on sait très peu de choses sur la vie de Nick Szabo. L’homme est très discret sur sa vie privée et préfère donner la priorité à ses travaux. Néanmoins, grâce à certaines archives, nous avons pu collecter certaines informations le concernant.

Nick Szabo est un Américain d’origine hongroise. Il a étudié à l’Université de Washington, où il a obtenu un diplôme en informatique en 1989. Il est également détenteur d’un diplôme de droit de la faculté des sciences juridiques de l’université George Washington.

En 2017, il a obtenu un doctorat honorifique en sciences sociales de l’Universidad Francisco Marroquín au Guatemala. De plus, il est très actif dans le milieu de la recherche. Ce qui lui a valu le titre de professeur honoraire dans cette même institution.

En plus de ses passions pour la recherche, l’informatique et le droit, il s’intéresse à la cryptographie, à l’économie et à l’histoire. Par ailleurs, il anime un blog où il publie régulièrement des articles et des tutoriels autour de différents sujets.

L’idée des smart contracts

À la fois informaticien et avocat, Nick Szabo a réussi à concilier ses deux professions en adoptant une approche innovante.

En 1996, il a publié un article intitulé « Smart Contracts : Building Blocks for Digital Free Markets ». Dans cet ouvrage, il a introduit un concept futuriste appelé à révolutionner le commerce sur Internet : les smart contracts.

En effet, pour répondre aux enjeux de la nouvelle ère numérique, Nick avait imaginé un système d’accords contractuels entre inconnus qui reposerait sur des programmes auto-exécutables.

Pour lui, les contrats intelligents étaient intéressants en ce qu’ils pouvaient accueillir un grand nombre de clauses contractuelles diverses, de manière à pénaliser fortement le contrevenant en cas de violation de contrat.

L’application des contrats intelligents

En outre, il a mis en évidence quatre principes fondamentaux indispensables à la mise en place d’un contrat intelligent efficace. Plus exactement, un smart contract doit :

  • Permettre aux contractants d’observer leurs performances respectives lors de l’exécution du contrat (observabilité)
  • Offrir la possibilité de vérifier facilement que les conditions fixées ont été remplies ou transgressées (vérifiabilité)
  • Ne révéler les données du contrat aux différentes parties que dans la limite de ce qui est nécessaire à son exécution (confidentialité)
  • Être capable de s’auto-exécuter lorsque tous les critères sont remplis (force exécutoire).

Si cette technologie est tombée dans l’oubli pendant plusieurs années, l’avènement de la technologie blockchain l’a ramenée sur le devant de la scène. Désormais, la prise en charge des contrats intelligents est une évidence pour la plupart des protocoles existants.

Bit Gold, le prédécesseur du Bitcoin

En 1998, Nick Szabo a introduit le Bit Gold comme une réponse aux dysfonctionnements du système financier traditionnel. Le nom qu’il a donné à ce projet renvoie au fait qu’il s’agisse d’une monnaie numérique (transfert de bits) qui possède les mêmes attributs que l’or (absence de tiers de confiance, rareté).

En effet, Szabo considérait que les tiers de confiance constituaient une vulnérabilité pour le dispositif financier établi. 

Selon lui, la centralisation induite par le recours à ces intermédiaires engendrait des coûts importants. Or, ces coûts se répercutent in fine sur les utilisateurs finaux. 

Par conséquent, pour le chercheur, il était primordial de minimiser autant que possible l’intervention de tiers. En outre, avec le Bit Gold, Szabo tentait également de remédier au problème de l’inflation.

Bit Gold vs Bitcoin

Bit Gold est très similaire au Bitcoin dans son fonctionnement. En réalité, certains des principes que le protocole de Nakamoto utilise étaient déjà inscrits dans la logique des travaux du chercheur américain à la fin des années 90.

  • Génération et l’horodatage des hashs
  • Création de la chaîne de blocs
  • Tenue d’une comptabilité distribuée
  • Le lien entre un bloc et celui qui le précède
  • Preuve de travail
  • Transparence du registre des données
  • Les signatures numériques
  • L’indépendance vis-à-vis d’un quelconque serveur

Cela dit, il existe quelques différences notables entre les deux protocoles. Par exemple, alors que le réseau Bitcoin s’appuie sur la puissance de calcul pour aboutir à un consensus, Bit Gold s’intéresse au nombre d’adresses présentes sur le réseau. En outre, Bit Gold n’intègre pas de système d’ajustement de la difficulté dans son algorithme de consensus.

Nick Szabo est-il le vrai Satoshi ?

Szabo est souvent désigné comme étant le véritable Satoshi Nakamoto, et ce, pour plusieurs raisons. La première est que Bit Gold et Bitcoin renferment de nombreuses caractéristiques communes.

En avril 2008, l’américain a sollicité, via son blog, la mobilisation des internautes pour concrétiser son projet. À peu près six mois plus tard, un certain Satoshi Nakamoto est mystérieusement apparu en brandissant le livre blanc du Bitcoin. Fait intéressant, Szabo aurait changé la date de publication de son appel à contribution d’avril à décembre 2008. Sans doute pour brouiller les pistes.

Autre fait étonnant, dans le Bitcoin whitepaper, Nakamoto cite les travaux d’Adam Back (Hashcash) et de Wei Dai (b-money), tout en omettant ceux du créateur des smart contracts. La similitude entre Bit Gold et Bitcoin est si stupéfiante que cette omission donne un caractère encore plus suspect aux agissements de Nakamoto.

De son côté, alors que le BTC était le sujet de conversation des forums de cryptographie en 2010, Szabo n’a jamais évoqué la pionnière des cryptomonnaies à cette période. Cependant, lorsque Satoshi s’est retiré du projet, l’avocat s’est soudainement remis à parler de cryptomonnaies.

Il est donc considéré par beaucoup comme étant un acteur phare de l’histoire de Bitcoin, aux côtés de Gavin Andresen, Mark Karpeles et Hal Finney.

Conclusion

En 2014, un collectif d’experts en linguistique judiciaire de l’université d’Aston a tenté de déterminer qui était à l’origine de la création du bitcoin. Pour ce faire, ils ont étudié son livre blanc et l’ont comparé aux textes de la dizaine de personnes soupçonnées d’être Satoshi Nakamoto. Ils sont parvenus à la conclusion que Nick Szabo avait plus de points communs avec l’homme mystérieux. Cependant, au fil des années, en dépit des indices recueillis, le chercheur n’a cessé de démentir ces allégations.

Maximisez votre expérience Cointribune avec notre programme 'Read to Earn' ! Pour chaque article que vous lisez, gagnez des points et accédez à des récompenses exclusives. Inscrivez-vous dès maintenant et commencez à cumuler des avantages.


A
A
La Rédaction C. avatar
La Rédaction C.

L'équipe éditoriale de Cointribune unit ses voix pour s’exprimer sur des thématiques propres aux cryptomonnaies, à l'investissement, au métaverse et aux NFT, tout en s’efforçant de répondre au mieux à vos interrogations.

DISCLAIMER

Les propos et opinions exprimés dans cet article n'engagent que leur auteur, et ne doivent pas être considérés comme des conseils en investissement. Effectuez vos propres recherches avant toute décision d'investissement.